Fermer la publicité

Décideur - Nicolas Reveret, directeur de cabinet à Roanne (bis)

Loire le 29 mai 2014 - Aline Vincent - Roannais - article lu 2097 fois

A compter du 31 mai Nicolas Reveret, jeune cadre commercial de 32 ans, aura achevé sa période de préavis au sein du groupe Hamelin (Canson, Oxford, Elba) pour le compte duquel il travaillait depuis 10 ans.

Il pourra désormais s’atteler à plein temps à ses nouvelles fonctions de directeur de cabinet à la fois de la mairie et du Roannais Agglomération.
Roannais depuis toujours, il a effectué toute sa scolarité à Roanne, BTS de vente inclus. Il a aussi porté les couleurs de la ville dans deux disciplines sportives, le patinage artistique en individuel jusqu’aux sélections en championnat de France et en ski nautique, au niveau régional. Il forme aujourd’hui avec Cyril Castells un duo complémentaire (lire p 5). « Je me charge des relations entre le maire, les élus et les services. J’apporte notamment mon soutien aux élus dont un certain nombre est toujours en activité. Cyril Castells est de son côté un technicien rôdé aux dossiers. Notre rôle consiste aussi à donner l’impulsion, synthétiser les idées auprès de ceux qui ont la compétence pour améliorer la vie des roannais ».
Son engagement est né de sa réaction à la défaite d’Yves Nicolin en 2008 alors qu’il n’avait que 26 ans. « Je trouvais que c’était injuste par rapport à ce que l’équipe avait réalisé, ne serait-ce qu’au niveau de l’emploi avec l’installation de nouvelles entreprises ou de structures comme le Scarabée et le Multiplexe. Il y avait une vraie dynamique. C’est là que je me suis engagé auprès de lui, à mon petit niveau, et même si je n’étais pas encarté. Ma contribution a duré ces 6 années. J’ai souhaité participer à cette période de veille pour aider le candidat Nicolin à revenir. J’y ai rencontré Cyril Castells dès 2008. On y a découvert nos complémentarités. » Nicolas Reveret  entrait dans le vif du sujet en participant à l’organisation de la première grande rencontre d’Yves Nicolin avec les Roannais au Scarabée. « J’avais mis le doigt dans l’engrenage ! ».
Les missions se sont succédées naturellement : responsable des jeunes membres de l’UMP, secrétaire de circonscription, secrétaire départemental, directeur de campagne pour les législatives, puis des municipales. L’invalidation de sa candidature par la justice en février suite au recours entrepris par une personne liée à un proche collaborateur de Laure Déroche, contestant sa domiciliation roannaise, n’aura pas eu raison de son engagement. Retiré de la liste, Yves Nicolin lui avait promis d’autres responsabilités au sein de son cabinet s’il était élu. C’est chose faite aujourd’hui.

Aline Vincent



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide