Fermer la publicité

Décideur - Jacques Forest, nouveau président de la Capeb Loire

Loire le 22 mai 2014 - Emilie Massard - Actualités - article lu 781 fois

Décideur - Jacques Forest, nouveau président de la Capeb Loire
Jacques Forest dirige une entreprise d'agencement intérieur à Saint-Romain-le-Puy (© Emilie Massard)

Président de la Capeb de Roanne, puis président de la Capeb de la Loire depuis 2009 lorsque les entités du nord et du sud du département ont fusionné, Philippe Fontimpe, plâtrier-peintre, a cédé son siège le 12 mai dernier à l’issue de son troisième mandat.


Pour lui succéder, le choix a été rapide puisqu’un seul membre avait fait acte de candidature : Jacques Forest, dirigeant d’une entreprise d’agencement intérieur de 40 ans installé depuis une quinzaine d’années à Saint-Romain-le-Puy. « Je souhaite travailler dans la continuité de mon prédécesseur, en poursuivant les grandes orientations prises jusqu’à aujourd’hui, parmi lesquelles la lutte contre la concurrence déloyale, l’accompagnement des entreprises pour qu’elles obtiennent les qualifications qui seront bientôt obligatoires dans la rénovation énergétique, mais aussi dynamiser les sections qui composent notre syndicat. » Le nouveau président aura en effet fort à faire dans une période plutôt tendue pour le secteur du bâtiment.
Avec 850 adhérents, la Capeb Loire continue à perdre des membres, près de 15 % dans les 5 dernières années. L’activité en baisse se voit dans la Loire autant qu’ailleurs, voire plus, avec un recul de 8,4 % des logements mis en chantier entre mars 2013 et mars 2014 (-12,9 % en Rhône-Alpes) et de 23,5 % des logements autorisés sur la même période (-16,5 % en Rhône-Alpes). « On se pose la question d’un effet de la RT 2012, qui impose des contraintes supplémentaires, des démarches compliquées et un surcoût à l’investissement », avance Gilles Gallet, secrétaire général de la Capeb Loire. « La commande publique est aussi très cyclique, de nouvelles équipes ayant été élues dans de nombreuses communes importantes de la Loire, il y a une période de creux. » Si les entreprises de travaux publics ont en effet des carnets de commandes bien remplis pour 2014, elles ont plus d’inquiétudes pour 2015, même si l’intérim est en augmentation dans le secteur, ce qui est généralement un signe positif.
Du côté des mesures gouvernementales, le syndicat se dit plutôt satisfait des dernières annonces, notamment la loi sur l’artisanat en cours d’étude avec un certain nombre de points qui viendront cadrer le statut d’auto-entrepreneur, mais aussi le passage de la TVA de 10 à 5,5 % pour la rénovation énergétique. « Le véritable objectif est d’obtenir une TVA réduite pour toute la rénovation, mais pour le moment la priorité est de conserver ce que l’on a obtenu, estime Jacques Forest. La rénovation énergétique est un marché dynamique, qui représente aujourd’hui de 40 à 50 % des travaux. On espère que cette activité pourra prendre le relais pour équilibrer le secteur. De nombreux dispositifs d’aide existent et peuvent déclencher des chantiers, encore faut-il que les clients mais aussi les entreprises les connaissent bien. Nous avons là un rôle de pédagogie. » Pas toujours facile en effet de s’y retrouver dans tous ces dispositifs.

Emilie Massard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide