Fermer la publicité

Décideur - Hélène Chevassus DGS de Saint-Chamond

Loire le 02 octobre 2014 - Denis Meynard - Actualités - article lu 2377 fois

Décideur - Hélène Chevassus DGS de Saint-Chamond
Hélène Chevassus a quitté les pentes abruptes des Deux Alpes pour le relief plus doux du Pilat (© Denis Meynard)

La nouvelle directrice générale des services de la Ville de Saint-Chamond est une vraie Rhônalpine, originaire de l’Ain, où elle a exercé professionnellement.

Son poste précédent se trouvait en Isère.
Diplômée de l’Institut d’études politiques de Lyon, section politique et administration, devenue attachée principale de la fonction publique territoriale, elle a débuté sa carrière, en 2000, comme DGS de la commune de Bellignat, près d’Oyonnax, au sein de la Plastic Valley. Fin 2009, elle prend les mêmes fonctions au sein de la ville de Louhans, en fusion-association avec la commune voisine de Chauteaurenaud, en Saône-et-Loire, dans la circonscription dont Arnaud Montebourg est le député. Dans la Loire, elle participera l’an prochain au 50e anniversaire d’une fusion plus aboutie entre différentes communes : celle qui a donné naissance à l’actuelle ville de Saint-Chamond, forte de 36 000 habitants.
Depuis 2009, Hélène Chevassus était à la tête des services municipaux de Mont de Lans, un des trois villages qui abritent le domaine skiable des Deux Alpes. L’altitude moyenne de cette commune, dont la population varie de 2 500 à 35 000 personnes, suivant les saisons, se situe entre 1 200 et 3 600 m. Aussi s’amuse-t-elle de découvrir que le territoire de Saint-Chamond est classée « zone de montagne ». La station Deux Alpes, où l’on peut skier toute l’année grâce à un glacier ouvert également pendant l’été, accueille une population qui change beaucoup au fil des saisons. Cela oblige à une réactivité énorme, avec une attention forte sur les questions de sécurité et en permanence des structures qui puissent réagir dans l’urgence. Cela explique que la petite commune de Mont de Lans, dont les remontées mécaniques sont le premier employeur privé, compte 350 agents municipaux.
Dans la ville du Gier, dont la population est beaucoup plus constante, ce qui intéresse Hélène Chevassus, c’est de faire partie de l’équipe qui va conduire le projet bâti par la nouvelle majorité sortie des urnes en mars. Pour diriger les quelque 650 employés municipaux, elle peut compter sur ses deux directeurs généraux adjoints que sont Paul Echenberger et Didier Thiollier. Ce dernier a assuré l’intérim après le départ de la précédente DGS, Murielle Ruiz-Lombardo, au cabinet du maire de Saint-Priest, dans le Rhône.
« Le jour de mon arrivée, le 15 septembre, j’ai vécu mon premier conseil municipal », souligne Hélène Chevassus, qui a ainsi pu découvrir la plupart des 36 élus, dans le cadre d’échanges « respectueux, mais vifs. Nombreux sont ceux à avoir des délégations (…) on sent chez eux une volonté de s’investir ». Pour ce qui la concerne, la jeune femme prévoit d’assouvir son goût pour la nature et la randonnée, grâce au massif du Pilat, tout proche. Ajoutant qu’elle veut aussi s’impliquer dans le tissu associatif local.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide