Fermer la publicité

Cyclisme - 1919, le Tour de France renait de l’enfer

Loire le 03 avril 2014 - La Rédaction - Actualités - article lu 596 fois

Cyclisme - 1919, le Tour de France renait de l’enfer
1919, le Tour de France renait de l'enfer, de Jean-Paul Bourgier, éditions Le Pas d'oiseau. 18 EUR. Disponible chez l'auteur, 14 rue du 8-Mai 1945, 42270 Saint-Priest-en-Jarez (D.R.)

Ignorant les dates anniversaires c’est en 2010 que Jean-Paul Bourgier publie Le Tour de France 1914, qui avait commencé le 28 juin le jour de l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand et se poursuivra sur fond de montée progressive de la tension vers la guerre.

L’historien du Tour de France donne cette année une forme de suite à cet ouvrage avec 1919 : le Tour renaît de l’enfer. Restauré après l’interruption de la guerre comme la plupart des compétitions cyclistes, le Tour 1919 est également particulier. Pour la première fois il fait étape à Strasbourg, libérée de l’occupation allemande. « Quelle joie pour nous. Quelle émotion », d’entrer dans cette ville, écrit Henri Desgranges, dans le journal L’Auto, organisateur du Tour de France. Avec le Tour d’Italie, en avril 1919, le cyclisme s’érige de la même façon en « porte parole d’une “Nouvelle Italie“ », en parcourant les territoires reconquis de Trente et Trieste, destinations prioritaires de ce Giro.
Le Paris-Roubaix, parti le 20 avril ne se court pas encore dans l’enfer des pavés mais l’enfer que la guerre a laissée. Les émissaires chargés de la reconnaissance du parcours en décrivent dans L’Auto l’un des passages : « On entre alors en plein champ de bataille. Plus rien que de la dévastation dans ce qu’elle a de plus affreux, de plus tragique. L‘abomination de la désolation ! C’est l’enfer. »
L’année 1919 voit naître ce que Jean-Paul Bourgier appelle « le cyclisme de commémoration ». C’est le circuit des champs de bataille en 7 étapes, un « pèlerinage sacré aux lieux où le sol a souffert » ; le grand prix de l’Armistice les 10 et 11 novembre 1919, symbolique aussi, de Strasbourg à Paris. Destiné à perdurer dans le temps le cyclisme de commémoration ne survivra pas à 1919, une année singulière.

D.B.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide