Fermer la publicité

Saint-Etienne : Créquy dévoile la Condition des Soies

Loire le 24 mars 2015 - Emilie MASSARD - Agglomération stéphanoise - article lu 930 fois

Saint-Etienne : Créquy dévoile la Condition des Soies
Georges Rivoire - Un lustre de 6 mètres de haut orne désormais l'escalier du bâtiment réhabilité

Le chantier emblématique du quartier Jacquard est aujourd'hui terminé et s'est ouvert dans le cadre de la Biennale du Design Off, pour permettre au public de découvrir cet ancien site industriel classé monument historique reconverti en logements haut-de-gamme.

Le pari était osé et au départ du projet, le groupe Créquy a bataillé auprès des partenaires et des collectivités, et notamment du conseil  général qui était propriétaire du bâtiment, pour qu’il puisse voir le jour. « L’objectif de faire des logements haut-de-gamme à Saint-Etienne, labellisés BBC, qui plus est dans un environnement contraint par les exigences des architectes des Bâtiments de France, c’était un vrai challenge », constate Hervé Tillier, président du groupe Créquy.

Le promoteur lyonnais n’en était pas à son coup d’essai à Saint-Etienne : il a déjà œuvré à la rénovation de nombreux bâtiments anciens, notamment au Crêt-de-Roc et à Jacquard. Chantier emblématique, la Condition des Soies a marqué l’histoire locale, abritant un entrepôt de balles de soies à sa construction au début du XXe siècle par Léon Lamaizière, puis l’école supérieure de commerce de jusqu’en 1997. Ses façades et sa toiture, ainsi que l’escalier monumental et sa cage sont inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Ce dont Créquy a dû tenir compte dans la réhabilitation, qui a été réalisée pour un budget de 6,5 M€.

Comme à plusieurs reprises pendant le chantier, les Stéphanois ont à nouveau été invités à visiter le bâtiment pendant deux jours à l’occasion de son inauguration. « Dans toutes nos réalisations, nous essayons d’impliquer au maximum les habitants, et d’autant plus sur ce projet puisqu’il est chargé d’histoire pour les Stéphanois, explique Hervé Tillier.  C’est important de les impliquer, qu’ils puissent voir ce qu’on fait de l’intérieur pendant des travaux, et enfin le résultat final. » A l’occasion de l’inauguration, les visiteurs ont pu découvrir le lustre de 6 m de haut, réalisé et fraîchement posé par Anatole Jeannot et Martin Napoléoni, qui orne l’escalier monumental suite à un concours lancé auprès de jeunes designers et architectes.

Ils ont également pu découvrir les appartements qui ne sont pas encore occupés. Sur les 30 créés dans le bâtiment et proposés à la vente autour de 4 000 €/m², deux sont encore disponibles. Les propriétaires sont des investisseurs et c’est le groupe Créquy qui en gère ensuite la location. Depuis la livraison au mois de décembre, la moitié des logements est louée.

Emilie Massard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide