Fermer la publicité

Crêt de Roc : l’éco-quartier, c’est pour quand ?

Loire le 31 juillet 2014 - Emilie Massard - Agglomération stéphanoise - article lu 1738 fois

Crêt de Roc : l’éco-quartier, c’est pour quand ?
Les espaces publics livrés récemment permettent aux habitants de se réapproprier leur quartier (© Ville de Saint-Etienne)

Depuis le début de la rénovation urbaine initiée par les précédentes municipalités, certains quartiers, comme celui du Crêt de Roc, ont déjà bien changé.

Inscrit dans le programme de l’Anru, ce quartier collinaire, juste au-dessus de l’hyper centre-ville, a regagné un peu d’image positive, grâce à la rénovation de nombreux logements, la démolition d’habitat insalubre, la construction de programmes neufs de qualité et le réaménagement ou la réalisation de plusieurs espaces publics.
Parmi les dernières réalisations, des cheminements piétons sur plusieurs zones, et les espaces publics, en plus de la verdure, ont été agrémentés de bains de soleil en bois, hamacs, tables de pique-nique, bancs et points d’eau. Les jeunes du quartier ne sont pas en reste, puisqu’ils ont pu investir les espaces qui leur sont dédiés et qui ont été livrés récemment avec balançoires et jeux. Ces espaces avaient été plébiscités lors de la concertation des habitants menée à partir de 2010. Des lieux de rencontres qui ont été imaginés par Itinéraire Bis et Sogreah, en charge de la maîtrise d’œuvre, à partir des orientations définies par Franck Le Bail, architecte en chef de la zone.

La construction des « Castors » va démarrer

La réalisation a été menée par la Société d’équipement et de développement de la Loire (SEDL) pour le compte de la Ville de Saint-Etienne. Sur la ZAC Desjoyaux, à présent libérée des friches industrielles qui l’occupaient et qui ont été démolies, les prochaines réalisations concerneront la construction de plusieurs programmes de logements neufs qui démarre cet été, et notamment celle des Castors, qui contribuera à la labellisation de l’éco-quartier auprès du ministère de l’Ecologie. Pour donner une vraie dimension écologique au quartier, plusieurs familles se sont en effet engagées dans ce projet d’habitat groupé qui comprendra 13 logements passifs en autopromotion. Un projet écologique, grâce aux performances énergétiques très importantes de cette construction, mais également un social et solidaire dans lequel les habitants vont réellement s’investir.
Car il ne s’agit pas seulement d’habiter ces logements, mais bel et bien de participer à leur conception et à leur gestion, et de les faire vivre une fois qu’ils seront installés. Plusieurs espaces communs seront ainsi accessibles aux habitants pour leur permettre de se regrouper, de partager et de mutualiser certains usages (salle de réception, hébergement ponctuel, buanderie, atelier, etc.). Un autre programme d’une trentaine de logements va également démarrer, porté par l’association Foncière Logement, en partenariat avec l’Anru.
Confié au cabinet stéphanois XXL Atelier et au groupe Spirit, le projet prévoit un habitat locatif intermédiaire, répondant à la norme BBC. Ces deux chantiers devraient être livrés en 2016. Avec sept maisons individuelles qui seront construites par la suite, au total ce sont une centaine de logements qui seront crées sur la Zac. Une future liaison piétonne permettra également de rattacher cette Zac au quartier de Châteaucreux par la rue Neyron.

Emilie Massard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide