Fermer la publicité

Covoituroprane, médicament contre l'autosolisme

Isère le 25 octobre 2015 - Claire Thoinet - Nord-Isère - article lu 134 fois

Covoituroprane, médicament contre l'autosolisme
Agence de mobilité NI - Lors du lancement de la campagne « Covoituroprane »

Afin de résoudre le problème de la dépendance à la voiture, l'agence de mobilité du Nord-Isère a imaginé et lancé la première édition de la campagne « quatre semaines pour guérir de son auto-dépendance ».

L’événement se veut humoristique pour aller vers une désaccoutumance de la voiture et promouvoir le covoiturage. Aux alentours de la cité des peintres, les habitants seront auscultés jusqu’au 8 novembre. Le diagnostic sera posé, le mode de traitement donné pour soigner leur auto-dépendance.

Déclinée sur quatre semaines thématiques, la campagne a pour objectif de sensibiliser avec humour les autosolistes (ceux qui sont seuls à bord de leur véhicule pour se déplacer) à l’impact de leur voiture sur l’environnement et de mettre en avant les avantages du partage de celle-ci. Des comédiens et des ambassadeurs de l’Agence animeront la campagne dans les grandes surfaces de Passins et de Vézeronce-Curtin et dans le centre-ville de Morestel, avec quatre temps forts sur son marché, après les auto-dépendants anonymes, il sera question de distribution des pilules « Covoituroprane », puis d’un un test grandeur nature en voiture pédestre et, enfin, des champions du covoiturage.

« Le “Covoituroprane“ désacralise en douceur l’utilisation de la voiture en solo pour agir efficacement en faveur des avantages du partage de sa voiture. Il s’agit d’une posologie à base de covoiturage qui facilite le transit et soulage des situations de stress causées par des problèmes de circulation », explique-t-on à l’agence de mobilité. Les autosolistes, volontaires pour participer à cette étude clinique, seront pris en charge par l’équipe médicale qui fera un diagnostic complet de leur besoins en covoiturage. Ils seront ainsi accompagnés pour trouver d’autres patients souffrant eux aussi de pathologie « autosolique », dans le but de mettre en relation des profils compatibles et entamer la phase de guérison. L’abus de covoiturage serait bénéfique pour la santé et à consommer sans modération.

L’action est cofinancée par le Syndicat mixte de la Boucle du Rhône-en-Dauphiné (Symbord), avec le soutien logistique de la Ville de Morestel.

Claire Thoinet
 

Le logo de la campagne



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide