Fermer la publicité

Couriot fait la fête

Loire le 26 juin 2014 - Daniel Brignon - Agglomération stéphanoise - article lu 748 fois

Couriot fait la fête
Philippe Peyre raconte Couriot en transformation (D.R.)

L’aménagement du parc Couriot, l’architecte paysagiste Michel Corajoud l’a voulu comme un espace de transition entre une rive de la modernité, du côté de la ville, et une rive de l’héritage adossée sur le grand paysage minier du puits Couriot.

L’aménagement systématique d’un côté s’estompe progressivement en avançant vers les bâtiments de la mine où persistent les signes de l’activité ancienne du carreau de mine. Le parc veut établir un lien de l’héritage à la vie contemporaine, et l’ensemble muséal un espace qui « réconcilie les Stéphanois avec leur mémoire », comme le souhaite Marc Chassaubéné, adjoint à la culture.
C’est dans ce contexte qu’a été imaginée par l’équipe du mussée la fête du parc-musée. « Une fête à la saveur paisible et tranquille », comme l’indique Philippe Peyre, directeur-conservateur du musée.
Le fil rouge de la fête sera la tenue, à partir de 19 h le vendredi 4 juillet, et de 15 h à minuit du 5 au 9 juillet, d’un restaurant guinguette en musique, dont l’animation sera prolongée à 22 h le vendredi 4 juillet d’un concert des Tit’nassels ; le samedi 5 juillet d’un bal populaire à la suite d’un pique-nique géant et une « Grande veillée » nourrie de chants et poèmes de la mine, chants siciliens, kabyles, espagnols ; le mardi 8 juillet d’une soirée brésilienne. Chaque soir pour l’ambiance, à partir de 22 h toutes les 20 min se répétera l’embrasement de Couriot, selon un programme mis au point spécialement par l’agence de conception de lumière Cobalt.

Des rendez-vous de découverte

Ce sera aussi une fête « sérieuse » annonce Philippe Peyre, qui propose chaque jour le matin, une visite à la découverte du musée en chantier, chantier en effet de réalisation de trois espaces muséographiques d’exposition et de conceptualisation de l’histoire de la mine, sur trois thématiques « la grande aventure de Couriot », « Six siècles d’aventure houillère » et « La figure du mineur ». Ces espaces en cours de construction dans trois des bâtiments du site seront ouverts pour la Sainte-Barbe en décembre prochain, achevant le programme d’aménagement du musée et du parc engagé en 2009 pour un montant de 8 M€.
Autres propositions de découverte : trois rencontres sous l’arbre, un dialogue avec le public à 18 h, avec trois acteurs de la rénovation du parc-musée : Michel Corajoud, l’architecte paysagiste du parc le samedi 5, Philippe Peyre, directeur du musée le dimanche 6 et Michel Rautenberg, sociologue, sur l’imaginaire de Saint-Etienne ou comment les artistes investissent la ville, le lundi 7 juillet.
Proposition récurrente encore, conduite par les médiateurs de la Frapna, une promenade découverte de la faune et de la flore sur le coteau de Montsalson, un espace naturel de 1 000 ha au-dessus du parc, les samedi 5 de dimanche 6 juillet à 10 h.
Proposition plus originale, la découverte des papillons de nuit, au cours de la Nuit des papillons dimanche 6 juillet à partir de 20 h 30 jusqu’à 6 h le lendemain : initiation au piégeage à la lumière noire des papillons et insectes nocturnes en compagnie de Claude Tautel attaché au Museum d’histoire naturelle de Paris. Cette séquence se superposera avec la « Chasse aux étoiles », ouverte ce même soir à 22 h avec l’association stéphanoise d’astronomie.
A noter enfin deux après-midi dédiés aux enfants le samedi 5 de 15 h à 20 h et le dimanche 6 juillet de 15 h à 19 h. Seront proposés des initiations sportives, spectacles et ateliers scientifiques. Un menu adapté à tous pour entrer en douceur dans l’été.

Daniel Brignon



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide