Fermer la publicité

Corbelin : Custom corner, l'exigence de l'art

Isère le 27 décembre 2016 - Claire THOINET - Nord-Isère

Corbelin : Custom corner, l'exigence de l'art
Custom corner - Show-bike chez Custom corner

En octobre, Custom corner avait relevé et réussi le défi de rendre aux habitants du Bouchage leur sourire, alors qu'un acte malveillant avait détruit leur symbole, une pomme marquant l'entrée du village.

L'entreprise fait du spécifique, ne veut pas entrer dans la routine. La pomme du Bouchage a exigé temps et réflexion pour solliciter les compétences : démonter, aménager le transport, réparer, réinstaller. Chaque étape a nécessité inventivité et débrouille. Ils ont travaillé de nuit et le week-end pour réussir et montrer leur capacité à réaliser une opération hors norme. 


Stéphane Chiorino est le gérant de la petite structure qui office dans le commerce de véhicules pas comme les autres, avec des compétences (peinture aérographe, carrosserie, mécanique…) de trois professionnels en autoentreprise.

D'une épave, d'une voiture ou d'une moto, américaine ou de collection, mise à nue, il s'agit de restaurer et de donner la touche personnelle qu'attend le client. « Je fais appel à des personnes qui ont un savoir-faire que je n'ai pas », précise Stéphane Chiorino.

L'opération dure alors entre 6 à 7 mois pour satisfaire un client mais pas la demande, car l'entreprise est victime de son succès. Sans sacrifier son autonomie et son indépendance, ce savoir-faire fait le bonheur d'autres entreprises pour des activités sur mesure comme cela a pu être le cas pour Sigma composite, fabricant de télécabines à Veyrins-Thuellin. « Avec rien, il s'agit de satisfaire quelqu'un », dit-il en toute humilité. Il aime faire ce que d'autres ne font pas.

Stéphane Chiorino se définit d'abord par son goût artistique qui lui permet créer avec presque rien. Tel un artisan, il transforme, redonne vie à des objets quelconques et le résultat est unique : mobilier (tables, sièges…), objets de décoration… naissent d'un bout de métal.

Quand il prend des motos d'origine pour en faire des réalisations uniques, des show-bike, ses clients viennent de Suisse, de Grande-Bretagne…, il en a même exposés à Milan. De même, il aspire aux États-Unis, destination qui pourrait contribuer à un projet qu'il tient secret, lui correspondant mieux en étant mieux structuré pour lui donner encore plus le sourire quand il va travailler. Son objectif est de développer cette dimension artistique tout en menant une activité qui lui assure de vivre.

Claire Thoinet



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide