Fermer la publicité

Copropriété : sortir de la spirale de la dégradation

Isère le 07 mars 2015 - Mathieu OZANAM - Agglomération stéphanoise - article lu 45 fois

Copropriété : sortir de la spirale de la dégradation
Saint-Etienne Métropole - La copropriété du Gai Soleil à Saint-Chamond bénéficie d'un accompagnement « post opérationnel »

Confrontées à la crise et à une accumulation de difficultés dans la gestion d'immeubles anciens, des copropriétés se dégradent dangereusement. Saint-Etienne Métropole proposent à certaines d'entre elles un accompagnement.

Si les bailleurs sociaux sont tenus de maintenir dans un bon état le parc locatif dont ils ont la charge et de procéder aux mises aux normes exigées par les nouvelles réglementations, il apparaît que le nombre de copropriétés privées en voie de dégradation augmente. Construites dans les années 1950 à 1970, elles subissent une augmentation des charges et, mal isolées, sont confrontées aux fluctuations du prix de l’énergie. La crise aidant, les difficultés sociales s’installent pour certains ménages et les charges de copropriété deviennent compliquées à assumer, par exemple pour des copropriétaires retraitées. Peinant à encaisser les charges certaines de ces copropriétés ne peuvent plus anticiper sur les travaux nécessaires à l’entretien de l’immeuble, en particulier quand il s’agit de grands ensembles.

 

 

Réimpliquer les copropriétaires

Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire

Afin de venir en aide à ces copropriétés aspirées dans la spirale de la dégradation, Saint-Etienne Métropole a initié une stratégie d’intervention à leur endroit. « Il est rare qu’une communauté d’agglomération s’intéresse au logement privé, expose Jean-Claude Charvin, vice-président en charge de l’habitat et de la politique du logement. Aujourd’hui une quinzaine de collectivités sont engagées dans un dispositif semblable. » Son nom : le Popac, pour « programme opérationnel de prévention et d’accompagnement en copropriétés ». Doté d’une enveloppe financière de 445 000 € sur 3 ans, il est soutenu par Saint-Etienne Métropole (Sem) à hauteur de 295 000 € et de l’Anah (agence nationale de l’habitat). Il ne s’agit pas de se substituer aux obligations et charges financières des 9 copropriétés bénéficiaires de ce dispositif (lire encadré). Une aide à la gouvernance est apportée quand celle-ci est déficitaire. « Dans certaines copropriétés il n’y a plus de conseil syndical et à peine un tiers des copropriétaires assistent aux assemblées générales », décrit Estelle Martinez du cabinet Urbanis, missionné par Sem pour cette opération. « Il faut leur faire comprendre qu’il faut revenir en assemblée générale et investir dans leur immeuble pour pouvoir au bout du compte faire des économies. Le but est d’arrêter l’hémorragie et d’aller petit à petit vers une meilleure gestion. »
L’aide consiste à repérer et identifier les copropriétés en difficulté, à apporter une résolution des premières difficultés après un diagnostic approfondi, puis en un accompagnement pour les faire sortir par une démarche d’amélioration de l’habitat.

Mathieu Ozanam

 

Les 9 copropriétés concernées

Saint-Etienne (5 copropriétés de 774 logements) : Le Guizay II, La Cotonne 1, La Cotonne 2, La Cotonne 3 et Les Terrasses du Midi (quartier de la Cotonne).
Andrézieux-Bouthéon (1 copropriété de 204 logements) : Concorde-Caravelle (quartier de la Chapelle).
Villars (1 copropriété de 400 logements) : L’Hippodrome.
Saint-Chamond (1 copropriété de 32 logements) : Le Louis Comte (quartier d’Izieux) ;
Firminy (2 copropriétés de 184 logements) : Les Tours de Layat n°2 et n°8.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide