Fermer la publicité

Nouvelle convention entre la police municipale et la police nationale

Loire le 18 septembre 2015 - Béatrice Bonnamour - Roannais - article lu 287 fois

Nouvelle convention entre la police municipale et la police nationale
Béatrice Bonnamour - Signature de MM. Decours et Desbenoit

La Ville du Coteau s'est, elle aussi, engagée dans une coopération police municipale et police nationale.

La convention a été signée le 8 septembre à la sous-préfecture par Jérôme Decours, sous-préfet, et Jean-Louis Desbenoit, maire du Coteau. Salle Erignac, assistaient à l’engagement, Laurent Astegiano, commissaire divisionnaire, accompagnée du commandant Marc Selvini, adjoint au commissaire et Fabien Fréchet adjoint à la citoyenneté pour la commune du Coteau.

« Nous voulons montrer à nos concitoyens qu’ils ne sont pas sous une surveillance totale des quartiers, mais que nous sommes à leur écoute », a déclaré Jean-Louis Desbenoit. « Cette convention est signée dans la lignée de celles signées antérieurement par exemple pour Riorges.  Il y a une baisse de la délinquance et une bonne conduite dans l’agglomération », a enchaîné Jérôme Decours. « Il y a une bonne coordination entre l’activité de la police municipale et la police nationale. La police municipale et les forces de sécurité d’Etat ont vocation, dans le respect de leurs compétences respectives, à intervenir sur la totalité du territoire de la commune. En aucun cas, il ne peut être confié à la police municipale de mission de maintien de l’ordre… La création d’un deuxième poste de policier municipal pour le Coteau serait souhaitable, comme il a été fait sur les communes de Riorges et de Mably, en raison de la charge de travail pesant sur la police nationale. C’est une lourde charge pour la police nationale ainsi pour surveiller les postes vigipirates. Un peu de vidéo complémentaire serait un atout de sécurité considérable », précisait le sous-préfet.

J. Decours et J.-L. Desbenoit paraphaient la convention soumise à l’approbation du Commissaire de la République,  d’une durée de trois ans renouvelables.
Béatrice Perrod-Bonnamour



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide