Fermer la publicité

Nouvelle convention d'affaires pour la Cité du design

Loire le 09 novembre 2015 - Denis Meynard - Services - article lu 394 fois

Nouvelle convention d'affaires pour la Cité du design
Denis Meynard - Alain Cadix (avec le micro) le « capitaine » de « l'Equipe de France du design », lors d'une précédente convention d'aff

Le Pôle entreprises et innovation de la Cité du Design a présenté entre Rhône et Saône son offre de services aux entreprises et sa prochaine convention d'affaires.

Gaël Perdriau, qui préside l’établissement public de coopération culturelle regroupant la Cité du Design et l’École supérieure d’art et de design, a présenté lundi à Lyon la 5e édition de la convention d’affaires « Design to Business », qui se tiendra pour la première fois dans la capitale régionale, le 19 novembre. Il a expliqué au cours d’une rencontre avec la presse que le pôle design stéphanois repose sur le triptyque : Cité, école et biennale. Rappelant la volonté d’un rapprochement accru avec le monde de l’entreprise pour lui apporter des éléments de différenciation dans la compétition mondiale. Le maire de Saint-Etienne a mis l’accent sur l’offre de services aux entreprises qui monte en puissance. Une centaine devraient être concernées sur 2015, dont la moitié sont extérieures à Rhône-Alpes. L’organisation à Lyon, à L’Embarcadère, de cette nouvelle édition, « donne sa bonne échelle à cet événement, celle de la métropole lyonnaise », a estimé l’élu.

Ludovic Noël, qui dirige la Cité de design, a pour sa part précisé les deux niveaux d’intervention proposés par le Pôle entreprises et innovations, « en fonction du niveau de maturité en design de l’entreprise » : un accompagnement à la première démarche, ou bien l’innovation par les usages pour celles qui sont plus avancées. La deuxième convention d’affaires organisée cette année (la précédente avait eu lieu lors de la Biennale 2015), proposera à des entreprises de se confronter à des designers pré sélectionnés lors de speed-meeting de 30 min. Parmi les entreprises ligériennes qui y participeront figure la société Sag France de L’Horme qui est partie de son savoir-faire dans le travail des métaux pour réaliser des corbeilles en papier en inox haut de gamme. De son côté, le dirigeant de la PME d’ingénierie Bonnavion Secure System, de Firminy, a expliqué que la démarche design lui a permis, en matière d’accueil, d’image et de communication, de se mettre aux standards de ses clients qui sont des donneurs d’ordre internationaux.

Denis Meynard

La matériauthèque met les entreprises à contribution

Ouverte en 2009, la matériauthèque de la Cité du design de Saint-Etienne avait besoin d’être relancée pour réactiver l’intérêt des professionnels.

« Un outil de recherche unique en France sur les procédés de transformation des matériaux », vante la Cité du design sur le site Internet de la matériauthèque. Par « transformation » entendez : la découpe, le pliage, l’usinage, l’assemblage, l’emboutissage, la fonderie, le frittage, la finition, l’impression, le process numérique, le thermoformage, le rotomoulage, l’extrusion, l’injection, le moulage, etc, etc.
La matériauthèque s’adresse à un public de professionnel qu'ils soient designers, industriels, chercheurs, enseignants, ou aux étudiants et publics scolaires qui peuvent accéder à un « show room » de 850 échantillons. Il est possible d’opter pour trois tarifications différentes : l’abonnement au show room, selon un prix qui varie en fonction du nombre de salariés de l’entreprise (de 80 à 600 €), l’abonnement à Internet pour les professionnels hors Saint-Etienne (de 150 à 600 €) ou les deux accès cumulés (de 180 à 850 €). Les étudiants et les enseignants de l’Esadse (Ecole supérieure d’art et de design de Saint-Etienne) peuvent quant à eux y accéder gratuitement.
Il est également possible d’accéder à deux bases de données spécialisées sur les matériaux et procédés de transformation ainsi qu'aux matériauthèques partenaires (MateriO, Materiautech de plasturgie...).
La nouveauté réside dans la possibilité pour les entreprises de se référencer elles-mêmes gratuitement dans la base de données Process, après validation de sa fiche, et d’ainsi contribuer à enrichir la matériauthèque et créer du lien entre entreprises.

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide