Fermer la publicité

Montbrison : première étape vers un parking pour l'espace des associations

Loire le 23 mai 2015 - Louis Thubert - Forez - article lu 358 fois

Montbrison : première étape vers un parking pour l'espace des associations
Louis Thubert - A une modification du sens de la rue Thermale, Christophe Bazile a préféré la création d'un parking.

Alors que l'espace des associations est opérationnel depuis septembre 2014, le conseil municipal s'est divisé. En cause ? Le parking afférent. La majorité a acheté un terrain, en vue de construire un espace de stationnement et d'éviter que le flot de voitures ne passe par un lotissement.

Il était évoqué, au détour d'un conseil municipal, et déjà faisait l'objet de désaccords entre Christophe Bazile, maire de Montbrison, et Liliane Faure, sa prédécesseure et chef de file de l'opposition de gauche. Le parking de l'espace des associations, à Moingt, a fait l'objet d'un point à l'ordre du jour de la séance du 13 mai. Et d'une longue discussion entre Alain Gauthier et Christophe Bazile d'une part, et Liliane Faure d'autre part. La mairie va acheter une parcelle - sur laquelle est édifié un ancien entrepôt - afin de construire un parking non goudronné. L'objectif est de fournir un espace de stationnement pour les usagers des services de l'espace des associations, en évitant que ces usagers ne traversent l'avenue Thermale reliant Montbrison et Moingt, utilisée par de nombreux véhicules.

« Après l'élection, de nombreux parents habitant dans un lotissement mettaient en avant la sécurité de leurs enfants, et étaient vent debout contre le passage des voitures dans leur quartier », a indiqué Alain Gauthier, adjoint aux finances. Voilà l'autre contrainte : éviter le trafic dans un espace résidentiel. Pour résoudre le problème, la majorité compte construire un parking non goudronné, à la place de l'actuel entrepôt. Un manque de vision à long terme, pour Liliane Faure. « Que faire à propos de l'éclairage de ce parking, du dépose-minute ? Et comment favoriser le cyclable sur cette avenue thermale ? » déplore-t-elle.

«  L'intelligence d'une ville, c'est d'abord celle de ses habitants »

Le projet de Liliane Faure, quand elle était maire, était de transformer l'avenue thermale en rue à sens unique. «  L'intelligence d'une ville, c'est d'abord celle de ses habitants », lui a répondu Alain Gauthier, en détaillant les préoccupations des habitants du lotissement. «  L'esprit du parking, ce n'est pas un beau parking goudronné, mais un lieu qui permet aux gens de se garer avant d'aller à leurs activités », a-t-il ajouté.

«  Si nous n'avions pas lancé ce projet, c'étaient des voitures et des voitures qui circulaient dans le lotissement », a précisé Christophe Bazile.  Avant de donner quelques chiffres sur les frais suscités. « La dépollution, est estimée à 115 000 € au lieu des 60 000 € prévus, mais nous achetons la parcelle 545 000 €, et non 600 000 : le surcoût de dépollution sera à la charge du vendeur et non de la Ville. » S'il avait espéré, en s'adressant à L. Faure, que « les réponses apportées vont vous faire changer d'avis », l'opposition de gauche s'est tout de même abstenue sur ce point. Le parking prévu par l'actuelle municipalité permettrait d'avoir 95 places de stationnement. Après le bâtiment dédié aux associations, la création du parking permettrait la finalisation de l'ensemble du projet, la construction de l'espace des associations à la place de l'ancien stand de tir.

Louis Thubert

Une classe de plus au Chemin Rouge

Suite à l'augmentation du nombre d'élèves et afin d'améliorer les conditions d'enseignement en zone d'éducation prioritaire, 39 postes d'enseignants vont être créés dans la Loire. Pour Montbrison, cela se traduit par la création d'une nouvelle classe à l'école du Chemin Rouge, dans le quartier de Beauregard.

Des caméras de surveillance supplémentaires

Montbrison-Moingt va s'équiper de caméras de vidéo-surveillance supplémentaires. Une va être installée au rond-point «  de la Borne », avenue de la Libération, et une autre au rond-point Saint-Jean. Les quatre machines existantes, placées dans le jardin d'Allard, vont être, pour leur part, remplacées. Le coût du remplacement est de 38 376 € hors taxes, et la mairie va demander une subvention équivalente à la moitié de cette somme au Fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD).

20 000 € supplémentaires pour la MJC

La Maison des Jeunes et de la Culture, placée en redressement judiciaire en début d'année, recevra une subvention complémentaire de 20 000 €. Ce versement intervient après une première somme allouée de 63 000 € en mars dernier. En 2014, 83 000 € avaient été prodigués à la MJC, les 20 000 € versés dernièrement correspondant au solde dépendant de la signature d'une convention entre la ville et la MJC.

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide