Fermer la publicité

Conseil de développement : un tournant

Isère le 29 mai 2014 - La Rédaction - Nord-Isère - article lu 505 fois

Conseil de développement : un tournant
Jean Papadopulo, président de la Capi, et Annie Chanut, présidente du Conseil de développement : faits pour s'entendre (D.R.)

C’est bien connu, nul ne possède la science infuse, y compris nos élus.

Il leur est donc conseillé d’être à l’écoute des forces de propositions, des représentants de la société civile, des professionnels d’où qu’ils viennent, et quelle que soit leur sensibilité. En Nord–Isère, le Conseil de développement, que préside Annie Chanut (on se souvient qu’elle fut à la tête de la Chambre de commerce et d’industrie dans les années quatre - vingt dix), est l’une de ces forces de proposition dont il serait vain de se priver. Cette structure, qui concerne 45 communes et quelque 125 000 habitants, engage la réflexion dans des domaines aussi divers que l’économie et la culture. L’identité de son territoire est également au cœur des préoccupations des bénévoles qui la compose. Elle est aussi du nombre des élus, en particulier ceux de la Communauté d’agglomération dont le nouveau président, Jean Papadopulo, prenait contact avec Annie Chanut et ses amis lors de la récente assemblée générale d’un Conseil de développement qui, s’agissant de l’avenir, jette un regard de l’autre côté de ses frontières historiques. Si c’est le cas s’agissant de la politique culturelle, ce l’est aussi s’agissant de l’identité du territoire. Un territoire qui, selon Raymond Feyssaguet, vice-président de la Capi, voudrait s’évader du trop de logistique pour privilégier l’innovation de la construction.  Autant de propositions qui ne peuvent trouver qu’un écho favorable auprès de ce Conseil de développement dont les membres n’entendant pas se reposer sur l’image du passé.

J.S.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide