Fermer la publicité

Conjoncture - Le BTP malmené dans la Loire

Loire le 05 août 2014 - Denis Meynard - Actualités - article lu 681 fois

Conjoncture - Le BTP malmené dans la Loire
Plusieurs entreprises ligériennes du BTP se sont déclarées en cessation de paiement (© Denis Meynard)

Les deux dernières audiences de procédures collectives du tribunal de commerce de Saint-Etienne étaient denses, avec l’ouverture en huit jours de près d’une cinquantaine de nouvelles procédures.

Certes, l’approche des vacances judiciaires du mois d’août n’y est pas pour rien. Mais pour autant, même si la taille des entreprises concernées reste la plupart du temps modeste, cette tendance n’illustre pas une amélioration de la situation économique.
Une des conséquences a été la démission du président de la fédération patronale BTP 42. Alain Chapuis, qui dirige une entreprise familiale de menuiserie agencement, à Civens, s’estime « victime, comme beaucoup d’autres entreprises, de la violence de la dégradation de la situation économique et financière du secteur du BTP dans la Loire ». Chapuis SAS, qui travaille avec des marchés publics et une clientèle privée, compte 24 salariés et un passif  déclaré correspondant à un tiers de son chiffre d’affaires de 2013 (2,7 M€).
« Il nous a présenté sa démission avant la mise en redressement judiciaire de sa société. Il n’a pas voulu continuer à représenter nos entreprises, la sienne étant en difficultés. Sa décision est courageuse et digne », explique Jacques Blanchet, l’entrepreneur ligérien qui a cédé voici quelques mois la présidence de la Fédération du BTP de la Loire pour celle de Rhône-Alpes. Il ajoute que même s’il a pris ses fonctions fin mai, son successeur « s’investissait depuis plusieurs mois à mes côté sur plusieurs commissions ». L’intérim est assuré par Richard Gely, qui dirige la société Bénetière, à Saint-Etienne.
La fédération départementale a réuni son bureau lundi pour préparer l’élection d’un nouveau président, le 5 septembre. D’ici là, « les candidatures peuvent être déposées jusqu’au 15 août », indique Roland Lonjon, le secrétaire général du BTP Loire. Il souligne que « la situation du secteur continue à se détériorer dans ce département, avec un nombre de mise en chantier de logements en recul de 17,5 % sur un an, à fin mai. Les autorisations de programme de futurs logements sont quant à elles en retrait de 22 %, tandis que les surfaces de locaux économiques (hors logement) mis en chantier sont en retrait de 13 % ».

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide