Fermer la publicité

Complexe et complexité

Loire le 27 mars 2014 - Xavier Alix - Sports - article lu 421 fois

Le champ lexical pratiqué par nos chers Verts ne leur est bien sûr pas exclusif.

En football, à en croire ses acteurs du moins, tout est d’une affreuse et sempiternelle complexité. Enfin, surtout en France semble-t-il. La L1, ce pays étrange, où hormis les bénéficiaires dopés par l’exploitation inconsidérée d’énergies périssables, la hiérarchie et l’ambition sont au mieux de vaines expressions, au pire de gros mots. Quasi pas de gros d’ailleurs ! On l’entend hélas tout le temps cet écho : en dessous de la seconde place « tout le monde peut gagner tout le monde ». Rencontrer le haut du pipeline ? Ultra compliqué. Ses voisins au classement ? Compliqué aussi, tout le monde risque d’y perdre. Le ventre mou ? Pas fastoche : ils n’ont rien à perdre ! Affronter les mal classés ? Ouh-là, c’est compliqué : ils jouent leur survie ces bêtes blessées. Affronter Moulins en Coupe de France ? Pas très simple :  bien sûr, ils jouent le match de leur vie. Jouer un amical de début d’été contre les remplaçants de Sainte-Foy-fou-les-Pétoches (PHR) ? Compliqué aussi, leur terrain est un champ de patates. A ce rythme de complexité générale, se farcir l’OL pensez donc, quand on est vert, c’est le summum absolu de la complexité. Peu importe que Garde soit à deux doigts de convoquer les -  de 12 ans pour garnir son banc tant il rivalise avec Arsenal dans le domaine infirmerie. Ce sera de toute façon « compliqué ». En tout cas, pas compliqué d’imaginer le scenario classique. Match nul, défaite, de justesse ou large, de dernière minute, dans les arrêts de jeu : il sera fatalement cruel pour les supporters de l’ASSE. Parce qu’à défaut de complexité, contre l’OL, les Verts sont surtout complexés.


Xavier Alix




À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide