Fermer la publicité

Commémorations - Izieu à l’heure européenne

Isère le 13 avril 2014 - Claire Thoinet - Actualités - article lu 169 fois

Aux alentours, les combats n’ont pas empêché les soldats, sur ordre de Barbie, de rafler ces enfants et adultes, alors que Sabine Zlatin, directrice, cherchait d’autres refuges.

Au moment de la défaite, la haine nazie était à son comble contre les Juifs, cherchant à détruire leur descendance. En 1946, une stèle est édifiée à Brégnier-Cordon. En 1971, Beate et Serge Klarsfeld traquent le bourreau, jugé en 1987 pour crimes contre l’humanité. Le mémorial, un des grands travaux de François Mitterrand, président de la République, qu’il a inauguré il y a 20 ans, devient un des trois lieux de la mémoire nationale de la Déportation et de la Résistance. « En ce jour anniversaire du désastre, après soixante-dix ans, les autorités de l’Etat réaffirment que le souvenir de la colonie juive va continuer à vivre dans la conscience des jeunes et de leur famille… »,a souligné Hélène Waysbord, présidente de l’association de la maison d’Izieu. Depuis plus de dix ans, la maison d’Izieu étend son rayon d’action en Europe. Chaque année, un jeune volontaire allemand travaille à Izieu, signe du partenariat entre les deux pays. Des liens se développent avec l’Italie, la Pologne, la République Tchèque… pour souligner la fragilité des institutions, les risques d’effondrement et la valeur du courage et des résistances. Martin Schulz, président du parlement européen, a plaidé pour l’Europe et marqué l’engagement de son pays dans la lutte contre l’antisémitisme et les discriminations. « Ces enfants, qu’ont voulu faire disparaître les nazis, sont toujours là, dans nos cœurs. Ils sont nos enfants », a-t-il conclu. « Comment peut-on tuer des enfants ? Comment Barbie a-t-il pu aller aussi loin dans la transgression des lois les plus élémentaires de l’humanité ? Il serait commode de tenir les nazis pour des monstres, des hommes sans âme, inhumains. Malheureusement, [ils] étaient… des humains. Le génocide est un acte inhumain commis par des humains », a renchéri Aurélie Filippetti, ministre de la culture. A leurs côtés, étaient présents Beate et Serge Klarsfeld, Jean-Jacques Queyranne, président de la région, Rachel Mazuir et Danielle Chuzeville, présidents des conseils généraux de l’Ain et du Rhône, d’élus locaux, de Rhône-Alpes… et des anciens d’Izieu.

Une extension nécessaire

La pose de la première pierre de l’extension du mémorial, nécessaire pour faire vivre la mémoire des enfants d’Izieu, réfléchir aux valeurs humaines fondamentales, lutter contre la xénophobie… a eu lieu. En effet, sa fréquentation ne cesse de croître (17 000 visiteurs en 1994, 26 000 aujourd’hui). Le Mémorial, depuis 2009, doit refuser du public (adultes et scolaires) chaque année, à cause de locaux exigus. Aux 1000 m2 de bâtiments inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques (sur 1,2 ha), viendra s’adjoindre en 2015, une construction semi enterrée à flanc de colline. Les 930 m² supplémentaires accueilleront exposition permanente, activités pédagogiques, documentation, bureaux, salle hors-sac, locaux techniques… et l’existant pourra être réorganisé. La venue d’Aurélie Filippetti, ministre de la Culture, confirme l’accord du gouvernement survenu en novembre 2013, pour lancer le projet d’extension. « Je vous remercie de votre  soutien et des efforts de votre ministère dans une période d'extrême contrainte. La qualité de la transmission, la rigueur et la fidélité à nos missions ont convaincu qu’il fallait accorder à la Maison d'Izieu le moyen de répondre aux demandes toujours plus nombreuses des scolaires et de leurs maîtres », a salué Hélène Waysbord. Le budget de l’opération se monte à 4,55 M€ avec des subventions de l’Etat, de la DRAC, de la région, des conseils généraux (Ain et Rhône), et d’un apport de l’association. Cette dernière doit encore trouver 400 000 € pour le boucler.

Claire Thoinet

www.memorializieu.eu



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide