Fermer la publicité

Collectivités - CoPler : un procès sur le procès

Loire le 22 mai 2014 - Louis Pralus - Actualités - article lu 355 fois

Collectivités - CoPler : un procès sur le procès
Hubert Roffat explique les enjeux du nouveau conseil communautaire (D.R.)

Le 15 mai la CoPler a eu à prendre connaissance d'un dossier épineux : le litige l'opposant à l'Europe.

Celle-ci conteste la bonne utilisation de ses fonds pour mise en place d'un circuit du patrimoine religieux.
Suite à un contrôle inopiné (sur dénonciation), elle demande le remboursement de ses subventions accordées pour la mise en place d'un circuit du patrimoine religieux et la mise en valeur du trésor de chacune des 16 églises. Des églises étaient fermées lors du contrôle, le centre d’interprétation du circuit au départ de Régny n'existait pas. Ce remboursement est de plus de 100 000 € pour la CoPler  à des sommes  de 1 800 € pour Croizet-sur-Gand jusqu'à 47 000 € pour Machézal. Le président de la CoPler, Hubert Roffat, fait savoir que neuf communes sont au Conseil d'Etat en recours contre l'Etat (les autres ont remboursé l'Europe, vu les sommes trop faibles pour un recours) et la CoPler est au tribunal administratif contre l'Etat : « elles iront jusqu'au bout ». Mais Saint-Just-la-Pendue et Régny, qui ont remboursé leur somme, menacent de se retourner contre la CoPler, pour mauvais travail et mauvais suivi. M. Roffat indique que si elles maintiennent leur position la CoPler prendra un  avocat et ira au tribunal pour se défendre. Il leur  donne  jusqu'au 31 mai pour décider d'arrêter ou de poursuivre la procédure.

Quid du Scot ?

Autre sujet d'inquiétude pour la communauté de communes : le Scot Loire centre auquel elle adhère. Christian Bernard, son président jusqu'aux municipales, n'a pas été réélu maire de Marclopt. Hubert Roffat explique que la CoPler avait la même conception du Scot que lui et l'avait ainsi rejoint de préférence au Scot de Roanne. Il défendait farouchement  un Scot autour du rural avec une multi-polarité et non une seule polarité comme l'agglomération de Roanne. Pour défendre cette conception, la CoPler songe à présenter un candidat à la présidence. Pour cela il y a des échanges, des discussions avec les autres partenaires car, insiste le président Roffat « il faut arriver à un consensus pour  que le président soit fort et élu par tous ! »

Louis Pralus



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide