Fermer la publicité

Circulation à Grenoble : enfin le bon plan ?

Isère le 14 avril 2017 - Elisabeth Laverdant - Région grenobloise

Circulation à Grenoble : enfin le bon plan ?

Il connaît quelques péripéties depuis sa présentation en janvier 2016, mais il avance. Le projet Cœur de ville, cœur de métropole (CVCM) entame une nouvelle étape avec l'adoption du nouveau plan de circulation le 18 avril prochain. La CCI, elle, s'inquiète des répercussions sur le commerce.

« C’est une nouvelle page de l’histoire », lance Eric Piolle, maire de Grenoble. Ça y est, le nouveau plan de circulation sera effectif à partir du 18 avril. Des travaux importants vont avoir lieu sur des réseaux anciens des boulevards Lyautey, Agutte-Sembat et Rey. C’est donc l’occasion de tester le plan de circulation pensé pour le projet CVCM. « Cela va permettre de voir comment évoluent les choses par rapport à ce plan de circulation », explique Ludovic Bustos, vice-président de la Métro en charge des espaces publics et de la voirie. Un observatoire du nouveau plan de circulation sera mis en place du printemps 2017 au printemps 2018.

Le boulevard Agutte-Sembat (ci-dessus) sera fermé à la circulation automobile. Forcément, le trafic autour de cet axe en sera légèrement modifié. La rue Lesdiguière passera par exemple à double sens ainsi que le boulevard Gambetta. Il en est de même pour la rue Vicat. La place Grenette sera entièrement piétonnisée ainsi que ses rues adjacentes. « Elle va enfin avoir son ambition patrimoniale et commerciale », se félicite Eric Piolle. Enfin, dès l’été prochain, plusieurs secteurs de la rue Millet, ainsi que les secteurs Brocherie-Chenoise et Championnet seront eux aussi piétonnisés.

Qu’on se rassure, on ne sera pas seul le 18 avril face à tout ce changement. Le SMTC est là. « Des mesures d’accompagnement seront mises en place pour faciliter la vie de chacun », explique Yann Mongaburu, président du Syndicat mixte des transports en commun. Le site Internet metromobilite.fr doit notamment renseigner les usagers sur le mode de transport le mieux indiqué pour leurs trajets. L’accès aux parkings d’ouvrages a été facilité et un gros travail a été mené sur les parkings relais. Il y en a un nouveau à Domène et celui du Fontanil-Cornillon verra sa capacité augmenter de 100 places à partir de juin. En clair : chacun doit pouvoir anticiper et adapter ses déplacements.

La CCI craint que « ce ne soit  cataclysmique »

Le lancement du plan de circulation, c’est aussi l’occasion pour d’autres acteurs de participer à leur manière au projet. La CCI de Grenoble a ainsi lancé une enquête auprès des commerçants directement concernés. Il s’agit des hôtels, des restaurants et des restaurants. « On considère que le projet peut changer profondément l’activité commerciale », explique François Bazès, vice-président de la CCI. Le principe est simple. L’enquête suit mois par mois l’évolution de l’activité des différentes structures. Chaque commerçant communique des tendances. Le tout de manière confidentielle.

L’enquête sera réalisée par secteur d’activité et par secteur géographique. « On a quadrillé Grenoble en 21 zones. Cela permettra de voir s’il y a des soucis et sur quelle zone », continue François Bazès. Objectif : permettre d’avoir des discussions étayées et factuelles avec les collectivités sur l’impact des travaux et du plan de circulation. « Depuis le début de cette aventure, il n’y avait eu aucune étude d’impact. Au moins, là, on en aura une », commente François Bazès qui se dit déjà inquiet des conséquences du projet sur les commerces : « on craint que ce ne soit cataclysmique », mais tout en relativiseant : « le monde économique va s’adapter ». L’enquête n’est pour le moment pas limitée dans la durée. Elle a déjà commencé auprès des commerçants, ce qui permettra de comparer l’activité avant et après les travaux.

Elisabeth Laverdant



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide