Fermer la publicité

Co'Fret, un projet pour rendre accessible les produits locaux

Isère le 31 mars 2017 - Laurent MARCHANDIAU - Services

Co'Fret, un projet pour rendre accessible les produits locaux
Laurent Marchandiau - Arnaud Felin, porteur du projet Co'Fret.

Accéder aux produits locaux abordables et disponibles au plus grand nombre directement sur son lieu de travail, c'est le leitmotiv de Co'Fret.

Un projet en cours d'élaboration qui permet de massifier les commandes auprès des producteurs locaux tout en utilisant le covoiturage pour livrer les produits au plus près des consommateurs. Entretien avec Arnaud Felin, porteur du projet Co'Fret.

De quelle manière est née Co’Fret ?​

Sensibiliser depuis longtemps aux produits locaux, je n’en consommais pourtant peu voir pas du tout. Avec l’essor des systèmes de distribution de produits locaux alternatifs, il est devenu plus facile de s’approvisionner, mais ceux-ci se heurtent à deux limites : le prix et la disponibilité des produits. C’est un problème auquel je me suis confronté étant l’un des relais d’un de ces systèmes depuis deux ans. De par mon expérience, 250 ont commandé au moins une fois. Seulement, 70 % d’entre eux ont arrêté du fait que le concept est trop contraignant : une distribution par semaine, les produits locaux ne sont pas toujours disponibles dans les paniers, etc. C’est un système difficile à maintenir sur la durée, les personnes fidèles acceptent les contraintes du concept. De ce constat, j’ai réfléchi sur une solution permettant de réduire les aléas de ces systèmes afin de les rendre accessibles au plus grand nombre. Au fil du temps, l’idée s’est structurée et j’ai présenté ce projet au Start-up Week-end 2016 à Grenoble ce qui m’a permis de rencontrer mon associé -Thibaut Caselli -  et où nous avons remporté le troisième prix.

En quoi consiste votre co​ncept ?

Pour avoir le plus de produits disponibles, il faut massifier les commandes. L’objectif est double : négocier des prix moins élevés avec les producteurs locaux en fonction de la quantité et les répercuter sur les consommateurs. Pour ce faire, nous avons décidé de nous focaliser sur les agglomérations et zones d’activités pour avoir un lot suffisant de commandes. Il restait à résoudre la problématique de la logistique. D’où le principe d’utiliser le concept du covoiturage en l’adaptant pour le transport des marchandises. En l’espace de quatre mois, nous avons élaboré un container verrouillé de l’intérieur, réfrigéré, connecté muni d’un GPS et d’un détecteur de luminosité pour détecter si le contenant est ouvert ou fermé. Ce produit, encore en test, permet de continuer la chaîne du froid jusqu’à 24H.

Et concrètement ?

Notre concept prend en charge l’ensemble de la chaîne, de la relation avec les producteurs locaux jusqu’à la distribution. Notre idée consiste à proposer une plateforme Web et d’une plateforme mobile permettant aux consom’acteurs de commander leurs produits aux producteurs, les Co’Freteurs – qui bénéficieront d’une contrepartie à définir – achemineront les containers à proximité des consommateurs : lieux de travail ou lieux dédiés. Les produits stockés dans une armoire comprenant 20 casiers réfrigérés et 20 autres non réfrigérés permettra aux consommateurs de les retirer quand ils le souhaitent. Notre service Web servira également à suivre l’acheminement et l’approvisionnement des produits sur leurs lieux de distribution.

 

 

Où en est votre projet ?

Actuellement, notre projet est hébergé à IncubaGEM, l’incubateur de Grenoble École de Management et à Rhonalpia Grenoble, un incubateur spécialisé dans l’économie sociale et solidaire. Nous allons, dans un premier temps, le déployer par le biais d’une « locacaravane », une caravane aménagée qui s’installera dans un lieu un jour afin que les consommateurs puissent tester notre concept d’ici mai-juin. En parallèle, nous continuons à développer notre réseau de producteurs locaux pratiquant soit une agriculture bio ou raisonnée. A ce jour, nous comptons 25 producteurs partants et espérons atteindre rapidement la centaine. La distribution via des armoires interviendra par la suite si notre concept est viable. Par ailleurs, nous sommes en discussion avec certains acteurs publics comme privés notamment des réseaux de distribution de produits locaux. La question demeure de savoir si nous développons intégralement notre concept ou si nous nous associons avec des partenaires prenant en charge une partie de notre concept.

Propos recueillis par Laurent Marchandiau

Co’Fret participe au concours La Fabrique Aviva

Afin de mener à bien ce projet, Arnaud Felin et Thibaut Caselli participent aux concours La Fabrique Aviva 2017. Celui-ci permet d’accompagner les initiatives des entrepreneurs de l’économie sociale et solidaire qui répondent à quatre enjeux de société : soutenir l’emploi, renforcer le lien social, protéger l’environnement et agir pour une santé durable. Ce concours national compte actuellement 1200 présentés. 200 seront sélectionnés par le biais du vote des internautes et remporteront 2000 € au minimum. Les 48 lauréats bénéficieront d’une enveloppe allant de 5000 € à 50 000 €, une somme qui permettrait à Co’Fret de démarrer pleinement.

Pour plus de renseignements : http://cofret.fr



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide