Fermer la publicité

Clextral mise sur la demande accrue de protéines végétales

Loire le 08 novembre 2016 - Denis Meynard - Agroalimentaire - article lu 145 fois

Clextral mise sur la demande accrue de protéines végétales
Denis Meynard - Le chef étoilé Régis Marcon a servi aux congressistes un repas à base de protéines végétales fibrées.

L'entreprise de Firminy a mis en lumière l'évolution des modes d'alimentation humaine et animale favorable à son activité, à l'occasion de son 60e anniversaire.

Spécialiste mondial de plusieurs métiers de niche de l’agroalimentaire, l’entreprise Clextral, de Firminy, a récemment apporté un éclairage sur les enjeux économique et écologique que représente l’évolution des modes de consommation humain et animal. Lors de deux journées de convention organisées pour le soixantième anniversaire de l’entreprise présidée par Guillaume Pasquier, plusieurs spécialistes sont intervenus devant les 400 congressistes venus d’une quarantaine de pays. Parmi les thèmes abordés à l’initiative du spécialiste de la fabrication d’extrudeuses bi-vis, figurait la valorisation des protéines végétales.

Le fabricant des machines qui servent à la produire la Craquotte®, mais aussi de la semoule ou de la farine de céréales, a notamment mis l’accent sur la place grandissante des protéines végétales fibrées dans nos assiettes. L’économiste et sociologue français Jean-Louis Lambert a notamment expliqué que « la consommation de protéines animales tirées de la viande est en stagnation en France, depuis 15 à 20 ans. Tandis que dans le même temps celles issues d’autres protéines animales, notamment le poisson, et les protéines d’origine végétale sont en augmentation ». Ajoutant qu’ « un début de renversement de tendance est constaté au niveau mondial ».

Les ressorts de cette évolution sont de plusieurs ordres. Dans certains pays, il s’agit de l’émergence d’une classe moyenne à plus fort pouvoir d’achat. La rareté des espèces animales recherchées a aussi pour effet de renchérir le coût de cette nourriture. Et de favoriser l’émergence de l’offre alternative que constituent les protéines végétales. Notamment celles fibrées qui donnent une certaine texture aux aliments, sur lesquelles travaille Clextral. La sédentarité accrue d’une partie de la population incite aussi à réduire la consommation d’aliments gras, qui peuvent abîmer le système cardio-vasculaire. Parmi les autres facteurs, Jean-Louis Lambert a évoqué le développement du végétarisme et du véganisme, mais aussi l’évolution de la relation à certains mammifères, que de plus en plus de jeunes générations répugnent à consommer.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide