Fermer la publicité

Claude Risac, un fauteuil en plus

Loire le 15 février 2015 - Xavier ALIX - Collectivités locales - article lu 1778 fois

Claude Risac, un fauteuil en plus
X.Alix - C. Risac est titulaire de deux DESS ((psychosociologie dans l'organisation industrielle et mercatique industrielle)

Le directeur des relations extérieures de Casino a succédé fin janvier à Jean-Pierre Picolet à la présidence du conseil de développement de Saint-Etienne Métropole.

« C’est un petit conseil économique et social local. » Claude Risac est à la comparaison. Rares sont les administrés de Métropole à connaître l’existence du conseil de développement, assemblée consultative de 95 membres, exigée par la loi et dont il a été élu le président le 23 janvier.
Sans importance pour Claude Risac. Arrivé en 2007 dans la Loire pour devenir directeur des relations extérieures auprès du PDG du groupe Casino, ce Lorrain d’origine met vite les choses au point : « ce n’est pas le conseil du développement économique, mais de tous les domaines et donc aussi de la culture, du développement durable etc.» Membre du bureau du Medef Loire, il tient aussi à préciser qu’« il y a différents collèges représentant la population, donc aussi bien les syndicats patronaux que salariés ou le monde associatif… »
Le conseil de développement, ce n’est pas non plus une assemblée bis à celle des maires qui prendrait les vrais décisions telle une éminence grise collective mais « la voix de la société civile. » Une instance bénévole à qui on demande des avis sur des politiques publiques : notamment sur le plan climat, le Psader, le projet d’agglomération (l’équivalent du plan de mandat)… « A chaque sollicitation, nous faisons un appel aux membres pour constituer un groupe de travail. Les élus comptent vraiment sur ces synthèse d’experts mais les décisionnaires, ce sont eux.» « L’usage » voulant un nouveau président pour un nouveau mandat, c’est son prédécesseur, Jean-Pierre Picolet, ancien dirigeant de Thuasne qui a suggéré sa candidature. Unique et unanimement votée. « J’ai été surpris mais n’ai pas hésité. Cela n’a rien de politique, j’aime ce territoire et je m’y implique. » 
A 61 ans, Claude Risac ne manque effectivement pas d’activités. Rien de plus naturel pour un cadre de la grande distribution dont la vie est un transit permanent. Saint-Etienne, Paris, l’étranger… « Les contrôleurs SNCF me connaissent bien ! ». Toujours sur le pont, il trouve parfois le temps pour l’ASSE ou l’opéra à Paris, Lyon et… Saint-Etienne. S’il est président de la Fédération nationale du commerce de proximité, trésorier de celle du commerce et de la distribution (et son président à échelle Rhône-Alpes), au niveau local, Claude Risac est vice-président de Miel Mutuelle ainsi que membre des CA de l’université Lyon/Saint-Etienne, de sa fondation et celle spécifique à J.-Monnet. « Je suis d’ailleurs co créateur d’une licence pro de commerce de détails et d’un Master d’e-commerce ouvrant en 2015. Je suis attaché à la région stéphanoise pour des raisons objectives : elle a tout - l’humain, le créatif, les qualifications, la formation, un certain pragmatisme - pour réussir. Nous sommes à l’aube d’un grand renouveau. Elle est enfin très bien située. Ce sera l’enjeu à venir de l’aider à prendre sa place de métropole en Rhône-Alpes/Auvergne. »
Saint-Etienne, Claude Risac l’a découverte il y a 8 ans après un premier contact en 2006 via la Biennale du Design. Son père était du sud ouest, lui est un Vosgien, côté Lorraine, et effectua ses études à Nancy. La majorité de sa vie active, il l’a passée à Paris, d’abord à la direction de Radio France où « j’ai été mêlé de très près à la création de France info ». Puis à Pernod Ricard avant la direction générale de l’organisme interprofessionnel du secteur sucrier français (Cedus) de 2000 à 2007.

Xavier Alix



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide