Fermer la publicité

Claude Polidori : « Il faut respecter l'automobile »

Rhône le 24 avril 2015 - A. G.-P. - Actualités - article lu 529 fois

Claude Polidori : « Il faut respecter l'automobile »
D.R. - L'Automobile Club Association de Lyon est installé au 21, quai Jean-Moulin

Depuis plus d'un siècle, l'Automobile Club Association défend les intérêts des automobilistes et leur propose une assistance juridique et routière, des conseils et des stages de récupération de points. Président de la structure lyonnaise, Claude Polidori prône le respect des devoirs et des droits de chacun.

Lorsqu’ils voient le jour au début du XXe siècle, les Automobiles Clubs s’apparentent à des clubs élitistes. Les propriétaires de voitures sont en effet peu nombreux et ils se retrouvent alors dans les salons de leur club pour disserter et échanger. Leurs réunions sont ludiques et touristiques et invitent à découvrir des itinéraires ou activités telles que le bridge, la photographie, la lecture, etc. Cette vision un peu mondaine évolue après la fin de la Seconde Guerre mondiale avec les services d’assistance routière 24 heures sur 24 qui seront les prémices d’une activité commerciale.

Répartis sur tout le territoire français, les Automobiles Clubs sont indépendants les uns des autres. Créé en 1901, celui de Lyon fusionne en 2003 avec son homologue d’Alsace, qui est alors le plus important de France. Le regroupement s’élargit à une vingtaine d’autres clubs régionaux, qui comptent un total de 740 000 membres sous la bannière Automobile Club Association.

L’Automobile Club Association de Lyon, à l’initiative des centres de contrôle technique automobile, regroupe aujourd’hui 18 145 adhérents, 70 000 sur toute la région Rhône-Alpes. Protection juridique, assistance routière, voyages, assurances, programmes de sensibilisation et de formation à la sécurité routière, stages de récupération de points sont ses principales actions aux côtés de la filiale Automobile Club Prévention qui gère la maitrise du risque routier et organise des stages de conduite.

Président depuis 1996, Claude Polidori est très attentif à la réglementation routière, notamment à l’implantation des radars. « Leur présence doit être justifiée dans les zones accidentogènes. Mais nous sommes confrontés à certains illogismes avec des stratégies municipales qui ne sont pas toujours compréhensibles. Nous avons parfois l’impression que l’on veut empêcher l’automobiliste de circuler dans Lyon. Et pourtant, nous ne sommes pas opposés à la réduction de la circulation en ville puisque nous sommes partenaires du système d’auto-partage avec Bluely. Il faut de la place pour chacun. Nous devons préserver la sécurité et la liberté de pouvoir se déplacer. L’incivisme prend trop d’ampleur, notamment avec les cyclistes qui s’octroient tous les droits. Voitures, deux-roues, vélos et piétons, tous les usagers de la route doivent vivre en harmonie. »

Car si l’automobile est un moyen de locomotion, elle peut également être un plaisir et une passion. « Il faut la respecter », affirme Claude Polidori. Cet ancien dirigeant d’une entreprise de menuiseries aluminium est lui-même un féru de voitures, une vieille passion qu’il évoque avec son souvenir d’ancien pilote de rallye et de collectionneur perpétuel et comblé. « Toutes les voitures ont du charme, de la plus jolie à la plus populaire. Je les aime toutes ! Je viens d’acheter une 4L « Bye bye » de mon époque qui signe la fin d’une histoire. » Un bijou de collection qui s’aligne avec fierté près d’une Jaguar, d’une Triumph et d’un vieux 4X4 Mercedes.

Autant de véhicules qui lui procurent un plaisir ineffable et l’embarras du choix pour se rendre, chaque jour, aux Halles Paul-Bocuse. Dans cet antre de la gastronomie, le fin gourmet Claude Polidori est président de l’association des commerçants des Halles de Lyon et propriétaire de deux boulangeries, la « maison Victoire », du nom de sa fille et la « boulangerie Claude ». Un endroit qui est un peu comme sa seconde maison et qu’il affectionne indéfectiblement, autant que les voitures et la chasse, son autre passion. Aux Halles ou à l’Automobile Club Association, Claude Polidori nourrit sa vie de rencontres et la conduit en autodidacte.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide