Fermer la publicité

Cinéma : Le bodybuilder au cœur tendre

Loire le 25 septembre 2014 - Daniel Brignon - Cinéma - article lu 1191 fois

Cinéma : Le bodybuilder au cœur tendre
Yolin François Gauvin, Marina Foïs et Roschdy Zem en tournée de promotion à Saint-Etienne (D.R.)

Le culturisme n'est pas le sujet du dernier film du réalisateur de Mauvaise foi et Omar m'a tuer, c'est une chose dite en préambule par Roschdy Zem qui est allé à la rencontre pendant deux ans néanmoins de cet univers décalé, « un monde parallèle », sujet à beaucoup de clichés. Un film tourné à Saint-Etienne.

Le bodybuilding, c’est, dit-il « un contexte, auquel j’aurais pu substituer n’importe quelle autre minorité, un décor à l’histoire qui repose sur les rapports père-fils que j’ai eu envie de développer dans ce film ».

Il est question d’un fils en délicatesse avec un milieu de banlieue lyonnaise pour des raisons de trafics infructueux qu’il est contraint de fuir pour se réfugier chez son père, qu’il n’a pas revu depuis cinq ans, établi à Saint-Etienne, plus précisément à La Talaudière où il tient un club de musculation et où il prépare une compétition de bodybuilding.

Le fils et le père, que tout éloigne : l’errance et la dérive de l’un à la recherche de profits faciles, la rigueur extrême d’un entraînement austère de l’autre. Ils vont retrouver le chemin l’un de l’autre non sans crises. Les bons sentiments triomphent dans une reconnaissance mutuelle, le triomphe « des liens du sang, éternels », dit Roschdy Zem, dans un match où la victoire n’est par celle que l’on attend mais finit par détendre une atmosphère lourde et tendue tout le long du film.

 

 

 

 

 

 

 

 

Yolin François Gauvin, champion de monde de bodybuilding, se prête en acteur d’occasion au rôle titre aux côtés de Marina Foïs, sa compagne dans le film, complice et dévouée, et son coach incarné par Roschdy Zem. Le contexte : l’établissement que tient Fabien Gil à La Talaudière, un ex-bodybuilder qui a été le principal conseiller du réalisateur. « J’ai appris beaucoup de lui et de sa connaissance approfondie du corps humain, c’est pourquoi le tournage a eu lieu ici.

Une autre circonstance a été l’organisation d’une compétition à Saint-Etienne où ont été tournées les scènes du concours. Et puis, ajoute avec malice Roschdy Zem, j’aime bien la compétition entre Lyon et Saint-Etienne », les deux villes symboles dans ce film entre lesquelles alternent l’action.


Daniel Brignon
 

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide