Fermer la publicité

Christophe Maé, sur la route du bonheur !

Rhône le 06 avril 2014 - Olivier Trojani - Actualités - article lu 362 fois

En mars 2007, Christophe Maé sort son premier album, Mon Paradis – en référence à la Corse.

De ce dernier sont dégagés pas moins de quatre singles qui offriront d’entrée de jeu le succès à Christophe Maé : On s'attache, Parce qu'on sait jamais, Ca fait mal et Belle demoiselle. Son timbre légèrement éraillé, ses couleurs musicales ensoleillées tintées de soul et de reggae affiche au grand jour un chanteur authentique et généreux dans l’univers chanson française-pop. L’album dépasse le million d’exemplaires vendus et se voit certifié disque de diamant, tout en étant accompagné d’une flopée de récompenses. Sa carrière solo est belle et bien lancée.
S’en suit la sortie en septembre 2008 du CD/DVD live Comme à la maison, avant d’attendre la venue de son deuxième album, On trace la route, qui intègre les rayons en mars 2010. Cet opus est précédé du single Dingue Dingue Dingue qui vient annoncer l’album en novembre 2009. A celui-ci s’ajouteront les singles J'ai laissé, Je me lâche, Pourquoi c'est beau et La rumeur. L’album finira disque de diamant également.
En deux albums, Christophe Maé réalise trois grandes tournées en 2007, en 2008 et en 2010. La dernière donnera naissance à un second live, On trace la route – Live, qui sort en septembre 2011 et est accompagné du single Un peu de blues.
Christophe Maé change d’univers à chaque album. Ainsi, après un premier opus, Mon Paradis, aux sonorités jamaïquaines, un second, On trace la route, empruntant des voix africaines, il nous emmène pour partie du côté de la Louisiane pour son troisième album studio Je veux du bonheur. Suite au succès rencontré par son avant dernier album et de sa tournée, Christophe Maé se retrouve en panne d’inspiration – qu’il exprime dans le titre Ma douleur, ma peine - et décide de s’envoler pour la Nouvelle Orléans afin de se changer les idées. Finalement, il tombe sous le charme de la Louisine, d’où le titre du single Tombé sous le charme illustré par un clip particulièrement explicite par rapport à ce nouvel amour. Les sons de la Nouvelle Orléans ressortent également dans des morceaux comme A l’abri, Ma jolie… Cependant, l’album n’empreinte pas uniquement cette voix musicale et est ponctué d’influences plus pop ou reggae… Christophe Maé ne réinvente pas totalement sa formule, ne serait ce qu’avec son timbre vocal et ses intonations immédiatement identifiables, mais il évolue et nous propose un nouvel éclairage sur sa musique. La tendresse fait toujours partie du registre de Christophe Maé, une émotion qu’il transcrit ici au travers de deux portraits avec les titres Charly – une petite fille disparue tragiquement - et La Poupée – une sdf qu’il croise en bas de chez lui -, puis de trois chansons d’amour : L’automne, Ne t’en fais pas et L’olivier. Christophe Maé a cette faculté à faire surgir de la mélancolie ou de la tristesse un rayon de soleil, une certaine chaleur. Emotions et sentiment son au rendez-vous. Une nouvelle édition du disque est également sortie le 18 novembre avec un DVD qui inclut le live intégral au Théâtre de Paris. Avec ce showman averti, les concerts sont toujours synonymes de partage, dans la joie et la bonne humeur, un bonheur qu’il veut et qu’il distille une nouvelle fois !

Olivier Trojani


Halle Tony Garnier
20 pl. Charles et Christophe Mérieux, 69007 Lyon ;
www.halle-tony-garnier.com
www.eldorado.fr
www.christophe-mae.fr
Mar. 15 et mer. 16 avril à 20 h, 39 €/65 €.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide