Fermer la publicité

Christian Vérot, profession voyageur

Loire le 27 mars 2015 - Daniel Brignon - Cinéma - article lu 298 fois

Christian Vérot, profession voyageur
DR

Christian Vérot est au programme à nouveau cette année de Curieux voyageurs, le festival de films de voyages et d'aventure de Saint-Étienne. Un festival qu'il connaît bien puisqu'il en est membre fondateur. Ce fut même son école, confie-t-il, dans le métier de réalisateur au contact de ses prédécesseurs sur les chemins du monde.

Christian Vérot présente cette année Les princesses de la montagne, un nouveau film sur le Vietnam, une destination de prédilection pour le voyageur, qui y a vécu 15 séjours depuis 1990 où il a franchi le pas de vivre de voyages et de l’exploitation des films qu’il en ramène. « Ma passion du voyage est devenue une profession. »

« J’ai toujours eu envie de voyager, convient tout simplement Christian Vérot. À travers les films d’aventure, les livres : je lisais London, Kerouac. Puis à 17-18 ans, je suis parti pour des jobs d’été en Europe du nord, au Maroc.» Une entrée en matière pour Christian Vérot. Son métier d’électronicien lui offre plus tard des opportunités d’horizons nouveaux, en Guyane notamment au programme Ariane. Avant le grand bain de l’aventure. En 1980, Christian Vérot s’engage pour deux ans dans un périple en 2 CV à travers l’Amérique, de l’Alaska au cap Horn. Une aventure partagée en couple mais en forme de défi. « Quand on a 20 à 25 ans on va un peu se chercher, on rêve d’aller au bout de soi et satisfaire cette curiosité d’aller voir, une attirance assez forte pour justifier de passer plus d’un mois en voyage. »

Il y a eu un retour : « j’ai repris mon travail d’électronicien, mais tout en partant régulièrement un mois en voyage dans l’année, et réalisant en amateur des reportages ». C’est dans ces années-là que naît le festival Curieux voyageurs avec une poignée de passionnés qui deviendront « un groupe de copains ». « On apprenait des autres, de tous les réalisateurs invités qui étaient 10, puis 20, puis 30. Ce fut mon école. » Christian Vérot écume les festivals de films de voyages et pénètre les réseaux de diffusion. Ce sera pour le Stéphanois Connaissance du monde où il s’invite en auteur-conférencier à raison d’un film tous les 2 ou 3 ans diffusés en France, Suisse, Belgique.

Deux destinations l’attirent plus particulièrement. D’abord le Vietnam à la rencontre des ethnies minoritaires du Nord. « Sans voyeurisme, il s’agit pour moi de partager le quotidien de ces peuples éloignés du reste du monde, passer du temps pour intégrer leur intimité et témoigner. » Voici une destination qui le conduit en quête « de cultures différentes, à la recherche de la rencontre et du partage », la deuxième destination, l’Amérique des déserts et des grands espaces, l’entraîne dans une tout autre quête : « j’ai envie de me perdre dans les immensités sauvages pour me ressourcer. Un équilibre se produit entre ces deux recherches, d’un côté de l’humain, de l’autre la nature », explique le voyageur.

La connaissance de ces deux territoires amène aujourd’hui Christian Vérot à une nouvelle activité : l’accompagnement de voyages, pour l’agence lyonnaise Tamera Voyages d’Aventure. Il conduira en juin prochain un groupe pendant quinze jours à pied dans les canyons et déserts d’Arizona et d’Utah et en avril et mai au Vietnam à la rencontre des ethnies minoritaires du Nord.

« Ma vie se partage en trois, explique le voyageur-conférencier : un tiers autour du monde à recueillir, un tiers à laisser infuser le sujet et réaliser le film, un tiers à aller le porter au public dans les conférences ». Christian Vérot insiste sur la liberté que lui apporte cette existence, dans le choix des destinations, des sujets et leur traitement, en même temps que sur l’exigence d’assumer des métiers multiples, reporter, cadreur, réalisateur... Mais « c’est particulièrement intéressant de suivre toute la chaîne à la manière d’un artisan ».

Daniel Brignon

Curieux voyageurs, les 27, 28 et 29 mars, espace Fauriel à Saint-Étienne.

Date :

1990, où ma passion de voyages devient ma profession

Lieu :

Saint-Étienne, mon camp de base

Phrase :

« Quand le voyage touche à sa fin, vivre de projets plus que de souvenirs »

Personnalité :

Saint-Exupéry, le premier qui m’a fait rêver de voyages

Ambition :

Vivre mes rêves le plus longtemps possible



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide