Fermer la publicité

Chemica poursuit son développement depuis Saint-Etienne

Loire le 15 juin 2014 - Denis Meynard - Agglomération stéphanoise - article lu 2340 fois

Chemica poursuit son développement depuis Saint-Etienne
Chemica va transférer sa cinquantaine de salariés stéphanois sur les hauteurs de Saint-Etienne, d'ici fin 2014 (© Denis Meynard)

L’entreprise stéphanoise Chemica, spécialisée dans la fabrication de films plastiques multicouches contre-collés, a pris une nouvelle dimension, avec le rachat en décembre 2012, de l’Italien Stilscreen.

Cette PME de la région de Milan, qui réalise de la sérigraphie pour le secteur sportif, par la fixation de chiffres et de lettres sur des vêtements, est le fournisseur d’Adidas et de Nike pour les maillots floqués Fly Emirates. La très rentable entreprise de 35 personnes, qui a enregistré en 2013 un chiffre d’affaires de près de 8 M€ et qui prévoit une progression de 30 à 40 % cette année, a l’exclusivité du marché Puma pour la Coupe du monde de football, qui va avoir lieu au Brésil. Cet élargissement de gamme a permis à Chemica, qui comptait déjà une filiale près de Carcassonne, d’atteindre l’an dernier un chiffre d’affaires de 27 M€, avec une centaine de salariés.

85 % du CA dans l’export

En France, après une année 2013 stable (+ 1 %), les ventes progressent de plus de 20 % depuis le début de 2014, qui est dopée par l’effet Coupe du monde. Mais l’entreprise stéphanoise acquise début 2012 par le fonds d’investissements Dentressangle Initiative, créé par Norbert Dentressangle pour gérer un portefeuille de participations industrielles, réalise 85 % de son chiffre d’affaires à l’exportation, dans près de 80 pays.
Son développement l’a conduit à acquérir ces derniers mois, auprès de la Ville de Saint-Etienne, un bâtiment industriel de la zone industrielle de Malacussy, où elle déménagera en fin d’année, après sa remise en état intérieur, la réfection du bardage et la construction d’un bâtiment de stockage de 1 300 m2 sur 8 m de haut. L’ensemble représente un investissement de 3 M€. « Outre la surface qui sera portée à 4 600 m2, ce site, dont nous serons propriétaire, permettra une exploitation et une gestion des flux de production plus rationnelle », explique Jean-Jacques Doassans, PDG et actionnaire minoritaire de Chemica.
A la différence de la filiale italienne qui découpe les lettres et les chiffres prêts à poser, sa maison-mère stéphanoise, qui fait ses premiers pas dans l’impression numérique sur des supports en polyester, livre ses films de marquage sous forme de bobines de 20 m, par 50 cm de largeur. Participant à une dizaine de salons professionnels par an à travers le monde, elle propose des produits contenant des paillettes, des éléments luminescents ou métalliques. « Nous sommes reconnus pour la constance de notre haut niveau de qualité, avec le label international Oeko-Tex », souligne le PDG. Il explique que les articles de sport et de décoration (vêtement image) sur lequel sont transférés ses produits de marquage, doivent passer avec succès le test standard de 25 lavages à 60 °C, sans altération.
Chemica qui réalise un film de 50 microns, présenté comme le plus fin du marché, investit régulièrement dans la modernisation et dans l’augmentation des capacités de ses trois lignes, qui produisent chacune à une vitesse variant de trois à vingt mètres par minute. L’unité stéphanoise, dont le futur site de Malacussy permettra l’installation d’une quatrième ligne, « a un objectif de croissance de 5 à 10 % par an, en nous développant encore plus en Asie », indique son dirigeant.

Denis Meynard


Machines à imprimer des photos

Sefa (Société d’études et de fabrication d’automatismes), reprise par Chemica en 2008, qui fabrique des presses destinées à opérer le transfert par thermo-collage de ses produits sur le textile, réalise depuis trois ans une nouvelle gamme de machines. D’un poids de 1,1 t et d’un prix unitaire de 25 000 €, elles servent à imprimer des photos grand format sur des plaques en aluminium. La PME installée à Esperaza (Aude), qui a réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires de 2,6 M€ avec 22 salariés, en commercialise notamment en Asie, où elle a un partenariat avec des industriels tels qu’Epson et Chromalux.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide