Fermer la publicité

Chaufferie bois : les travaux stoppés à la Cotonne

Loire le 02 octobre 2014 - Marine Graille - Agglomération stéphanoise - article lu 1378 fois

Chaufferie bois : les travaux stoppés à la Cotonne
Le chantier a été stoppé suite à un recours déposé devant le tribunal administrative d'un habitant (D.R., Archives)

Les travaux, qui avaient débuté cet été, mais n’auront pas duré.

Fin juillet début août, les premiers coups de pelleteuse avaient en effet été donnés le long du boulevard Raoul-Dubal dans le but de créer le réseau d’interconnexion qui doit relier la future chaufferie bois à celle au gaz située à la Tour Cassin. A peine un mois après la première phase achevée, la deuxième qui concerne la construction de la chaufferie, devait se poursuivre dans la foulée.
C’était sans compter le recours déposé devant le tribunal administratif de l’un des habitants du quartier. Selon le collectif opposé à la création de cette chaufferie bois, « la préfecture de la Loire avait été contactée en décembre 2013 pour la mise en conformité des statuts par M. Piegay, président de l'ASL/ cabinet Frachon (maître d’ouvrage du projet, Ndlr) et rien a été fait. Il savait donc lors du dépôt du permis de construire que l'ASL n'était pas conforme. DE plus, ces statuts n’ont jamais été enregistrés auc hypothèques et toutes les copropriétés dans leur règlement de copropriété sont restés sur des statuts provisoires de la Zac Cotonne ». L’arrêt net des travaux laisse planer la suspicion de la part du collectif.
D’après Jean-Michel Lionard, conseiller municipal référent du quartier, le chantier a dû être interrompu car « dans le prêt bancaire contracté, il existe une close suspensive en cas de contestation. Pour autant, le recours ne peut pas être considéré comme suspensif en soi ». La Ville de Saint-Etienne entend pour sa part rejeter le recours et entreprend actuellement des négociations avec la banque pour parvenir à débloquer la situation. Une réunion avec des représentants de la Ville mais aussi de l’ASL devrait se tenir sous 10 jours afin de décider des suites du dossier. J.-M. Lionard ne s’interdit pas de penser « qu’une discussion à l’amiable avec le dépositaire du recours soit encore possible ». L’élu regrette néanmoins que le projet soit suspendu « pour le fait une seule personne ». Et de préciser, « cela engendre de nombreuses difficultés notamment avec la société Dalkia (gestionnaire de l’installation, Ndlr) en termes d’emploi ».
La chaufferie bois de la Cotonne a été rejetée très rapidement par une partie des habitants du quartier et plus particulièrement des copropriétaires des Terrasses du midi, dont les logements situent à quelques dizaines de mètre de la future chaufferie. « L’emplacement n’a peut-être pas été analysé assez précisément et en même en zone urbain, comme c’est le cas ici, ce n’est pas simple de trouver le lieu idéal », reconnaît J.-M. Lionard. Le collectif opposé au projet réclame que si le chaniter doit reprendre, après la mise en conformit des stauts, ce soit sur un nouveau terrain.
La mise en fonctionnement de la chaufferie bois de la Cotonne aurait dû être effective lors de la « saison de chauffe » en 2015-2016.

Marine Graille



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide