Fermer la publicité

Chasse-sur-Rhône - La chasse aux « projets surdimensionnés »

Isère le 06 novembre 2014 - La Rédaction - Centre-Isère - article lu 1283 fois

Chasse-sur-Rhône - La chasse aux « projets surdimensionnés »
A l'issue de la réunion publique, un conseil municipal extraordinaire a entériné les actions de la municipalité et notamment la renégociation du prêt pour le budget eau potable (D.R.)

Dans la salle Jean-Marion, où près de 200 personnes l’attendaient, le maire Claude Bosio a présenté le bilan de l’équipe municipale sortante ainsi que les perspectives 2015-2020.

C’est dans une ambiance vive, entre sifflets et critiques des pro-Bosio et pro-Rioult (l’ancien maire), que le maire, accompagné du directeur des services, Luc Thomas, a mis en exergue « des dépenses de gestion non maîtrisées, qui ont évolué trois fois plus vite que les recettes ». Contraintes désormais : réduire les dépenses de fonctionnement de 8,5 % d’ici la fin du mandat, tout en réalisant 181 000 € d’économies pour 2015. Avec une dette de 9,8 M€, soit un ratio de 1 798 € par habitant contre 881 € en moyenne pour une commune de même strate, la municipalité est par ailleurs obligée de limiter ses investissements et ne doit pas dépasser 6,5 M€ sur la durée du mandat. « Nos objectifs sont clairs : réduire l’endettement pour garantir la solvabilité de la commune, baisser les charges de fonctionnement et restructurer pour optimiser le service rendu aux Chassères, tout en améliorant les conditions de travail des employés municipaux », résume Claude Bosio.
Présent dans la salle, Jean-Pierre Rioult, qui s’est « volontairement éloigné de la vie publique après avoir pris un grand coup sur la tête », a tenu à donner sa version du bilan financier de son mandat, en matière d’endettement et d’investissement. « Je vous ai laissé un budget avec des impôts locaux prévisionnels de plus de 5 % et vous avez obtenu plus de 8 %, soit plus 66 000 € de recettes provenant de la zone des Platières et de l’immobilière Géant Casino pour une partie de l’année », a-t-il souligné. Claude Bosio a mis fin à son exposé en interpellant son prédécesseur sur le financement du lotissement Les Georgelières. « Si j’avais été au pouvoir après le 23 mars, ce serait terminé ! », a conclu Jean-Pierre Rioult sous les applaudissements et les huées de la salle.  

«La meilleure qualité au meilleur coût »

Alors que la ville consacre 1,4 M€ chaque année au remboursement des emprunts, le maire entend faire des choix judicieux en matière d’investissement afin de ne pas augmenter les impôts des Chassères et de continuer à leur apporter un service public de qualité. C’est pourquoi, la mairie abandonne le projet d’extension du centre technique des Platières. Débutée en 2011, cette nouvelle construction devait être livrée en 2015, après quatre tranches de travaux. A ce jour, seule la première tranche a été réalisée, pour un montant de 900 000 €, alors que le coût global du projet était estimé à 2,61 €. Un projet « trop luxueux » et démesuré compte-tenu de l’état des finances de la ville. « Dès le mois de novembre, les dix-sept agents des services techniques, espaces verts, voirie et maintenance seront regroupés sur un seul lieu, celui de Chaveyrieux, dans des locaux loués pour 6 000 € par mois à l’entreprise Roger Martin », a annoncé Claude Bosio. Après estimation, le terrain sera mis en vente et servira à financer « des investissements vraiment utiles pour le quotidien des Chassères, comme l’extension du groupe scolaire, le réaménagement du restaurant ou la réhabilitation centre-village.          

Sévim Sonmez



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide