Fermer la publicité

Chambres consulaires - La CCI Sud Loire se tourne vers le Pilat

Loire le 27 novembre 2014 - Daniel Brignon - Commerces - article lu 715 fois

Chambres consulaires - La CCI Sud Loire se tourne vers le Pilat
André Mounier, président de la CCI sud Loire, entouré de Georges Bonnard, président du Pilat rhodanien et Stéphane Heyraud, président des Monts du Pilat (D.R.)

« On a bien compris qu'il est nécessaire d'unir nos forces », déclarait Georges Bonnard, président de la communauté de communes du Pilat rhodanien en signant cette convention de partenariat avec la CCI.

Une convention à peu près semblable était signée par le territoire voisin, la communauté de communes des Monts du Pilat, que préside Stéphane Heyraud. Par ces deux conventions les collectivités mobilisent l’expertise de la chambre dans différents domaines identifiés, comme le développement du numérique, la création/reprise d’entreprises et l’accueil des porteurs de projets, surtout le soutien et l’accompagnement du commerce. Les conventions prévoient encore la création d’un observatoire économique partagé et un meilleur partage d’information pour mieux identifier et répondre aux besoins des entreprises. Il est envisagé à cet effet d’organiser sur les deux territoires deux grands temps forts annuels avec les entreprises.
Ces conventions ont été élaborées sur la base d’un diagnostic économique qui fait apparaître sur les deux territoires du Pilat ligérien une dynamique entrepreneuriale forte : 909 établissements y emploient 2 592 salariés (352 commerces, 295 établissements de service, 139 établissement du BTP et 123 établissements industriels). La CCI relève la présence de leaders de l’agroalimentaire : Aoste (Maclas) et Guilloteau (Pélussin) ; de l’industrie spécialisée : Martin plastiques innovation (Bourg-Argental), Barou équipements (Chavanay) ; du BTP : Molina (Saint-Pierre-de-Bœuf), Rivory P. (Pélussin), enfin du textile que représentent à l’export Goutarel (Chavanay) et Christian Moreau (Saint-Michel-sur-Rhône). L’offre commerciale est fournie et qualitative. Elle est « à ajuster » toutefois, note la CCI, pour répondre aux modes de consommation des résidents au gré de leurs déplacements domicile-travail.

 

Daniel Brignon



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide