Fermer la publicité

Ces tôliers dans le sillon du design

Loire le 20 décembre 2014 - Xavier ALIX - Industrie - article lu 583 fois

Ces tôliers dans le sillon du design
TF-Design Lucile Soufflet ; Atoll - Le « Banc circulaire », pièce phare de TF qui équipe entre autres la place de la Réunion à Mulhouse

Mobilier ou architecture extérieurs : alors que la 9e Biennale internationale du design lance sa communication, des fabricants traditionnels de tôlerie fine ont fait le choix dans le département d'ajouter une production incluant la dimension du design dans leur conception. Avec un succès grandissant. Cas d'école : la Tôlerie du Forez et Métal design concept.

 Tôlerie du Forez meuble sa production

« C’est long et difficile mais nous commençons à marquer des points », note Joël Lemoine, directeur de la Tôlerie du Forez. En ce mois de décembre, un point marqué, c’est par exemple cette commande de mobiliers qui part pour un quartier d’affaires de San Francisco.

86 ans que la Tôlerie du Forez est à Bonson. Ici, comme à la fin des années 20, la réalisation des pièces métalliques finit d’abord en conduits de cheminée. Spécialité qui a amené la PME (100 salariés) à devenir une filiale du groupe Poujolat en 1994, n° 1 Européen de la fabrication de systèmes métalliques d’évacuation de fumées (1 400 employés, 180 M€ de CA). Tôlerie du Forez travaille pour son groupe et, en sous-traitance (fabrication et expertise) pour des secteurs variés : armée, électroménagers, ventilation…  

Mais depuis fin 2007, en se basant sur son savoir-faire traditionnel, la PME s’est ajoutée une corde à son arc : la conception et la fabrication design métallique de signalétiques ainsi que de mobilier, essentiellement d’extérieur. « C’était une volonté de mon prédécesseur aidée de circonstances : son réseau, la présence de la Cité du design (qui a accompagné l’entreprise, Ndlr), et quelques salariés très moteurs, explique Joël Lemoine, la décision n’était pas liée à des difficultés. Par contre, le groupe incite ses filiales à multiplier leurs activités propres. »

Son bureau d’études renforcé il y a 6 ans par un designer, la PME a développé une large gamme de signalétiques et mobiliers - bancs, chaise, tables cendriers, corbeilles, poubelles (6 créations par an)... - commandés par des collectivités ou entreprises, pour l’instant surtout françaises et belges. Des modèles sur mesure dont certains aux formes très originales : par exemple ces chaises jumelles croisées « Entre nous » ou encore ce « Banc circulaire » acheté entre autres par la Ville de Mulhouse.

Une activité montante qui compte désormais pour 10 % d’un CA total à 12 M€ en 2014. De quoi aider au maintien de ce chiffre alors que la crise du bâtiment influe forcément sur l’activité « classique ». Reste que la bataille autour de ce marché spécifique ne fait que débuter. Y compris dans la Loire où TF cherche à réaliser davantage d’installations de référence. « Il y a de la concurrence de toute sorte. Et des nouveaux entrants comme nous il y a 6 ans. En outre, si la démarche coût plus cher qu’un mobilier classique (+ 20 % en moyenne, Ndlr), son gain en communication, en identité reste encore à comprendre par tous », note Joël Lemoine. Sa crédibilité en croissance, TF vise désormais des appels d’offre plus massifs. 

Métal design concept en dentelle

Un peu de dentelle dans un monde de fer. 50 ans que la société Primet (installée depuis 2002 à La Talaudière, environ 40 salariés) travaille dans le découpage et l’emboutissage de tôlerie fine. Affaire familiale que les enfants du fondateur dirigent collégialement.

Parmi eux, Catherine Primet qui a toujours voulu « faire des produits propres », fournir de nouveaux produits à la conception maison. C’est dans cet objectif qu’elle a créé fin 2005 avec ses enfants le cabinet Métal Design concept s’appuyant sur le savoir-faire traditionnel de Primet qui abrite d’ailleurs les locaux de la société. Primet est ainsi naturellement partenaire et fournisseur des produits design métal conçus par Métal design concept, lui accordant ainsi une débouché supplémentaire même si le CA de Primet (4,8 M€ en 2014) se porterait plutôt bien, même sans cet apport.

Celui de Métal Design concept (« 1 M€ » en 2014) est aussi en hausse. De 40 %. « 8 ans que je galère mais cela commence à payer. Le secteur est très concurrentiel, ça n’a rien d’évident de s’insérer. Quand je me suis lancée, on était deux à penser la même chose dans le coin. J’ai racheté à cette personne le brevet “Perf’design“.» Derrière cette appellation, des revêtements architecturaux en métal (aluminium, acier, inox, corten) reproduisant par poinçonnage de métal des images aux motifs variés. Depuis, équipant des de nouveaux concepts sont sortis pour  des champs d’application multiples (habillage, pure décoration, concepts lumières, signalétiques, garde-corps, portes etc.) : Tress design, Bul’design aux parements respectivement à effet tressé et de bulles ou encore Alve’design en nid d’abeille. Les deux derniers concepts ont été élus « produits du BTP 2014 » catégorie « Structure, maçonnerie et façade ». « Des idées, on en a à la pelle », assure C. Primet, qui peut ainsi exprimer son goût pour les beaux arts.

Pas de designer permanent au sein de son cabinet de 7 salariés (qui devrait recruter en 2014) mais un sollicitation ponctuelle de designers de l’agglomération selon les projets. Même si 90 % de l’activité concerne l’architecture, l’entreprise ne souffre pas des mauvaises perspectives du bâtiment. Elle compte aussi se relancer dans le mobilier où elle présente la marque Ex’Primae. « Ce créneau est encore plus difficile à percer, constate Catherine Primet, nous n’y renonçons pas et serons présents dans les salons. J’aimerais aussi développer avec l’hôtellerie-restauration des concepts d’ensemble : une identité visuelle commune au mobilier et à l’architecture. »

Xavier Alix

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide