Fermer la publicité

Center Parcs : quelle sortie de crise ?

Isère le 14 décembre 2014 - La Rédaction - Actualités - article lu 3416 fois

Le ton est monté crescendo depuis deux semaines, entre des opposants occupant illégalement une maison forestière, bloquant les travaux des entreprises, et des élus locaux, massivement « pour » la réalisation du projet.

Des organisations du monde économique ont affiché officiellement leur soutien comme la CGPME de l’Isère. C’est aussi la guerre de la communication et le vrai/faux chantage à la « subvention » qui divise des associations de défense de l’environnement avec le conseil général, comme la Frapna, qui jusqu’ici ont toujours réussi à travailler en bonne intelligence avec les élus. Le préfet tout en essayant de temporiser et d’appeler tout le monde au calme mardi dernier, estimait que le temps viendrait de demander à la justice la légitimité pour l’Etat d’expulser les activistes de la « ZAD » de Roybon. Evidemment le spectre d’un deuxième « Sivens » plane, en présence de militants qui semblent déterminés, et « jusqu’au boutistes ». Cependant, le froid, intense dans les Chambaran, et la neige qui arrivent entameront ils leur engagement ?

« Ça suffit ! » disent les élus pros

Chaude ambiance pour le rassemblement des élus favorables au Center Parcs  lundi soir dernier à Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs. Tout avait été mis en place pour permettre le plus grand rassemblement possible. Le parking  habituel était transformé en espace de diffusion avec écran géant et braseros mobiles. Environ 600 élus ont été accueillis par une équipe de confrères bénévoles qui leur remettaient  un t-shirt tout orangé. Yannick Neuder,  président de Bièvre-Isère communauté  et maire de St-Etienne-de-St Geoirs  a ouvert l'assemblée  en saluant les maires, les conseillers généraux et les conseillers régionaux présents. Après avoir excusé André Vallini, il a présenté  brièvement l'historique du dossier. Refusant l'étiquette d'insensibilité à la cause environnementale il a évoqué les combats menés ces dernières années contre le fret aérien ou contre l'implantation d'un centre de traitement des déchets. Sur les chiffres en circulation, il a rappelé que face aux 340 M€ d’investissements  privés,  les travaux engagés par les collectivités territoriales sont à usage des habitants.  « Center Parc doit rester un beau projet économique et touristique qui doit ouvrir ses portes dans 2 ans ». Un discours conclu par un vigoureux « Vive la démocratie, vive le Center parcs, vive la France ! ». Daniel Witte, de l'association des maires de l'Isère a souligné les 7 ans de long et complexe cheminement administratif, «  Si les élus sont traités d'irresponsables, c'est le monde à l'envers ! ».
L'idée du référendum était écartée avec vigueur après le vote favorable de 71 élus en juin dernier.
Un projet vu comme  une chance pour le territoire, Marcel  Bachasson ex-maire de Roybon et conseiller général, récoltant un franc succès en  proposant de définir la Zad comme une « Zone à développer ».

« CODERST » et « terroristes » maîtres mots de la soirée

Dans une atmosphère de plus en plus énergique, les élus ont cité à plusieurs reprises l'avis favorable du  rapport du conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques, Christian Nucci, vice –président du conseil général, a rappelé  le difficile accès à l'emploi pour les jeunes, Alain Cottalorda, président du conseil général :  « L'avalanche de normes qui gênent les entreprises et permet des recours continuels…il s'agit de notre avenir ! »
« C'est du terrorisme ! » Les mots utilisés par Alain Cottalorda  ont déclenché une salve d'applaudissements. Dénonçant un esprit de désobéissance civile et de violence, il entendait  « ne pas se laisser faire sur les terres de la Révolution partie de Vizille et de Mandrin ! » Rejoint entre autre par Yannick Neuder refusant une légitimité à une minorité soutenue par des politiques « venus d'ailleurs ». Devant une foule galvanisée de 600 élus,  Jean-Pierre Barbier a eu le mot de la fin : « C'est un combat non pour un projet mais pour la démocratie ! »

Liliane  Silva, Eric Séveyrat



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide