Fermer la publicité

[Carte interactive] Commerces à Saint-Etienne : quelles rues perdent, quelles rues gagnent ?

Loire le 08 octobre 2015 - Marine Graille - Commerces - article lu 193 fois

Six mois après la dernière publication de notre observatoire du commerce, nous sommes retournés dans les 7 mêmes rues du centre-ville afin de faire le bilan du taux de vacance commerciale. Pour 5 d'entre elles, la situation n'a pas vraiment évolué. La rue de la Résistance et rue Antoine-Durafour restent parmi les plus sinistrées.

Il y a un peu moins d’un an, notre rédaction avait entrepris de réaliser par ses propres moyens, un recensement non exhaustif des commerces ouverts et vacants dans quelques rues du centre-ville stéphanois. Les dernières statistiques remontent alors à avril dernier où nous avions observé que si certaines rues parvenaient à tirer leur épingle du jeu, d’autres en revanche continuent de connaître des difficultés.

Parmi les axes qui se portent plutôt bien, il reste la rue Michelet qui enregistre un taux de vacance de seulement 9 % sur les 57 locaux commerciaux en rez-de-chaussée. Seul changement en 6 mois, le départ du bar-tabac au numéro 10 qui est devenu il y a quelques semaines le Comptoir national de l’or.

La rue Saint-Jean, quant à elle, continue son bonhomme de chemin et reste constante avec toujours seulement 2 commerces fermés sur les 31 que compte la rue.

Autre axe qui semble limiter la casse en passant de 11 à 14 % de locaux vacants, la rue Charles-de-Gaulle. Depuis avril dernier, on peut noter quelques turnover ainsi que le départ de la boucherie Despinasse installée depuis plus de 80 ans au numéro 16.

Si la rue Gambetta ne possède que 18 % de ses commerces vides, il est important de noter que ce chiffre a presque doublé en l’espace de 6 mois puisque l’on passe de 9 locaux fermés en avril à 17 aujourd’hui. Pour autant, elle semble plutôt bien s’en sortir par rapport à sa voisine un peu plus excentrée, la rue Antoine-Durafour. Si en avril dernier, 19 % des locaux étaient fermés sur cet axe, aujourd’hui ce chiffre est passé à 41 %. Sur les 71 commerces, 29 ont aujourd’hui leurs rideaux baissés.

Rue de la Résistance, la situation n’a beaucoup évolué puisque qu’en 6 mois le nombre de locaux vides est passé de 19 à 21 %. Le milieu de la rue (côté pair) reste toujours aussi paralysé par des dents creuses depuis déjà plusieurs mois, voire années pour certaines. Pour la rue de République même constat, avec sur les 86 commerces qui jalonnent l’axe, 33 ont portes closes, soit 38 % (contre 35 % en avril). Les changements de circulation, qui permettait à ce secteur de retrouver un flux plus important de véhicules, n’ont pas encore eu de gros changements quant à l’attractivité commerciale.

Marine Graille



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide