Fermer la publicité

Carole Perrin, une Stéphanoise pressée

Loire le 02 juin 2015 - Daniel Brignon - Sports - article lu 558 fois

Carole Perrin, une Stéphanoise pressée

Elle n'y va pas par quatre chemins, cette femme pressée parle vite et va droit au but, comme dans son « baquet ». La coureuse automobile rebelle dans un univers de mecs n'est pas pour autant un garçon manqué. Élégante et souriante, la jeune femme respire le charme, mais aussi la détermination qui met en rage les garçons quand ils suivent sa voiture rose. « Il y en a très peu qui peuvent rouler plus vite que moi », lance-t-elle avec une assurance désarmante.

« Mon papa courait dans les rallyes. » Aussi entre 5 et 10 ans la jeune stéphanoise fréquente-t-elle les assistances de courses, pour y prendre peu à peu goût. Moto, quad : la passion l’atteint. Pour ses 12 ans le cadeau la ravit : un kart de compétition. Elle se lance dès ses 13 ans, en 1999, en compétition de kart et décroche l’année suivante la 2e place du trophée national minime-cadet en ouverture des championnats de France, sur la piste de Villars. En 2004, elle obtient un premier titre national en coupe de France féminine, confirmé l’année suivante par le titre de championne de France féminine doublé du titre de champion mixte, à Ganges dans l’Hérault. Ainsi à 18 ans enregistre-t-elle trois titres nationaux en neuf mois, record qu’elle détient toujours.

Passée à l’automobile, Carole Perrin se voit tout de suite reconnaître la qualité de « meilleure débutante » en se positionnant 3e au classement général trophée Andros Ice Girls, en 2005. En 2006, la jeune pilote forge ses armes dans la catégorie Clio Cup puis en monoplace l’année suivante. « Enfin la Nascar ! », soupire-t-elle ou sa déclinaison la Racecar séries, où « je me fais plaisir, dans ce bolide de 450 chevaux ».

Carole Perrin se révèle dans cette catégorie en 2009 où elle enchaîne deux victoires en catégorie open puis en 2010 où elle arrive 5e du classement final de la catégorie Élite, dans une équipe formée dans la Loire : Autosport 42 avec le support de son père Jacques qui l’accompagne. Enfin en 2011, l’apothéose avec une victoire de course au Motorland Aragon en Espagne où Carole Perrin s’érige en 1re Française de l’histoire vainqueur d’une course de championnat d’Europe FIA.

« Une vraie rage de vaincre »

Carole se fait remarquer plus tard dans des courses, trop espacées à son goût, par ses qualités d’attaquante, dotée d’« une vraie rage de vaincre », qui lui vaudra le sobriquet de Pink panther en raison aussi de sa Chevrolet Camaro aux teintes rose, que le peintre stéphanois Chamizo a relooké en 2012 en appuyant sur ce trait de couleur. En manque de moyens pour assurer une saison en 2014 Carole Perrin piaffe d’impatience de renouer avec la course, sa raison de vivre, en dépit de l’environnement très masculin du monde des circuits où « une femme n’est pas considérée comme un concurrent et doit donner trois fois plus ». C’est « un milieu d’hommes où je me fais chambrer, mais j’ai l’habitude et je passe outre. C’est plus ennuyeux quand on subit des accrochages volontaires de concurrents hommes, que ma petite voiture rose devant eux finit d’exciter », confie-t-elle sans rancune mais décidée. Diplômée d’un master en marketing sportif, la sportive enchaîne les petits jobs en événementiel sportif et communication mais son esprit est ailleurs, à l’entraînement physique qu’il faut maintenir et à la recherche de soutiens et de partenaires pour assurer une saison complète. La voici en 2015.

Grâce aux soutien de la Ville de Saint-Étienne et de sponsors, Carole est engagée cette année en Nascar whelen euro series, catégorie Élite 2, dans l’équipe italienne Caal Racing. Elle vise rien moins que le titre ainsi que la victoire en Lady cup avec en ligne de mire les États-Unis en fin d'année, où sont invités les vainqueurs. La première manche qui s’est courue sur le tracé espagnol de Valence lui a donné raison de ses ambitions : elle s’est classée 8e au général et a pris la tête de la Lady cup. À suivre.

Daniel Brignon

 

Lieu :

Le circuit du Mans qui possède une atmosphère très particulière, presque magique

Date :

Le 10 octobre 2004 qui correspond à ma 1re victoire au niveau national, en karting

Personnalité :

Nelson Mandela, l'un des plus grands humanistes et véritable combattant de la liberté, n'hésitant pas à utiliser le sport au service de la paix

Citation :

« Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles », James Dean

Ambition :

Devenir pilote professionnelle et accéder au plus haut niveau du sport automobile international



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide