Fermer la publicité

Capi : la CGT sur le qui-vive

Isère le 29 juin 2015 - Jacques SAVOYE - Nord-Isère - article lu 366 fois

Capi : la CGT sur le qui-vive
J.S. - Thierre Bergey et Auréli Bagnard, élus CGT de la Capi.

La CGT, syndicat majoritaire à la communauté d'agglomération Porte-de-l'Isère, dénonce le plan de mandat de celle-ci, en particulier la réduction du budget de fonctionnement ( en baisse de 1,6 M€ cette année ) qui menace la qualité du service public et les emplois.

Pour qualifier le Plan de mandat de la communauté d'agglomération Porte des Alpes, Thierry Bergey n'y va pas par quatre chemins. "L'heure est grave !" annonce-t-il. Secrétaire du syndicat CGT de la Capi, il dénonce la baisse continue du budget de fonctionnement et le maintien du budget d'investissement de celle-ci. " Le budget de fonctionnement, soit 85,5 M€, est en baisse de 1,6 M€ cette année. Il a déjà baissé de 8% depuis 2010. D'ici à 2020, il devrait encore diminuer de 9,6 M€. Ce qui ne peut se faire qu'au détriment de la qualité du service public mais aussi de l'emploi et de la politique sociale" dit-il.

La CGT, majoritaire à la Capi où elle a recueilli 61% des votes lors de la dernière élection professionnelle, redoute que l'Agglo ne mette un terme aux compétences qui ne sont pas obligatoires. L'accueil de la petite enfance est du nombre. "Le vice-président en charge des finances, Jean-Pierre Girard, nous a dit que s'il fallait fermer la petite enfance, qui emploie plus de 200 agents sur le territoire, il le ferait. Pareillement pour les piscines, comme celle de Saint - Quentin Fallavier cet été" affirment Thierry Bergey et son adjointe Aurélie Bagnard (notre photo). Ceux-ci, qui militent pour que le budget investissement de l'Agglomération soit réduit de 68 à 46 M€, évoquent encore le courrier que leur a adressé Jean Papadopulo, président de la Capi.

"Il y est question d'adapter d'ici à l'automne les moyens humains et financiers, en d'autres termes de contracter les dépenses de fonctionnement. Il nous promet aussi le dialogue pour la rentrée de septembre. Une façon de botter en touche! En ce qui nous concerne, le rapport de force est engagé" dit encore le syndicaliste non sans préciser que "l'Etat, en donnant au détriment des communes 11 milliards aux entreprise via le  Pacte de responsabilité met à mal les collectivités". Enfin, Thierre Bergey ne pouvait passer sous silence le cas du Syndicat mixte Nord-Dauphiné, en charge de la collecte des ordures ménagères, dont la mauvaise gestion entraînera une très nette augmentation de la taxe d'enlèvement des ordures ménagères dès cette année.

Jacques Savoye

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide