Fermer la publicité

Cap Sud se déploie à l'international

Isère le 10 mars 2017 - Sevim SONMEZ - Services - article lu 71 fois

Cap Sud se déploie à l'international
Sévim Sonmez - Stéphane Gilli a présenté Altes au salon BePositive à Eurexpo

Basée à Vaulx-milieu, la PME Cap Sud est spécialisée dans l'étude, l'installation et la maintenance de centrale photovoltaïques. Elle lance son réseau de professionnels « Cap Sud international » visant à fédérer les acteurs et faciliter les opportunités d'affaires.

Stéphane Gilli, son président confirme à qui veut l’entendre « l’énergie solaire c’est l’avenir. C’est le métier où il faut être ». Ses arguments : l’épuisement des sources d’énergies fossiles accompagné d’un réchauffement climatique de 10 % (experts du Giec) et l’augmentation du prix de l’électricité de 50 % d’ici 2020 (commission de la régulation d’énergie). Des changements qui favoriseront le développement du photovoltaïque.

Reste à déployer des partenariats, à créer un réseau pour gagner en visibilité. Et dans ce domaine, Cap Sud s’en sort plutôt bien. Elle lance l’association Cap Sud international dont le but de « fédérer les acteurs de la filière solaire, mutualiser leurs compétences et expériences afin de favoriser les opportunités d’affaires ». Cap Sud international s’implante principalement dans des pays bénéficiant d’un fort ensoleillement, souffrant d’un réseau de distribution électrique défaillant et où le coût énergétique est élevé. La PME est ainsi présente au Brésil et à Madagascar où elle déploie gratuitement des installations photovoltaïques, le bénéficiaire devant s’acquitter d’une location comprenant un contrat de maintenance. Un entretien effectué par un sous-traitant local adhérent à l’association Cap Sud international et qui aura été au préalable formé par la PME iséroise.

«  A travers le contrat de location, nous nous engageons également à fournir une production précise de kWc, précise Stéphane Gilli. L’objectif 2017 est d’installer 5 MW au Brésil et 2,5 MW à Madagascar, un pays à fort potentiel pour lequel nous avons lié des partenariats avec des investisseurs locaux et créé Cap Sud Madagascar. » En France, la production 2017 atteint 23 MW avec une augmentation de 20 % prévue pour 2018.

Cap Sud s’est associée avec le fonds d’investissement français Solstice et ensemble ont créé la filiale Solice, « le bras financier des projets internationaux ». Les deux associés ont également créé la fondation Manentena qui intervient à Madagascar pour apporter de l’eau et de l’électricité. Cap Sud a déjà installé deux Altes ou arbres photovoltaïques disposant de quatre panneaux de 327 W. Une installation gratuite financée grâce aux 2 € que le groupe Cap Sud reverse à Manentena par kWc installé. 

Alors que la part de l’international représentait 10 % de son chiffre d’affaires, ce pourcentage devrait à terme dépasser celui de la France.

Sévim Sonmez



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide