Fermer la publicité

Camping-cars Notin : croissance à deux chiffres

Loire le 02 janvier 2015 - Aline Vincent - Économie - article lu 1982 fois

Camping-cars Notin : croissance à deux chiffres
Aline Vincent - Les dirigeants de l'entreprise sont aussi de férus pratiquants

Les campings-cars Notin (Panissières) sont leaders en France sur le marché haut de gamme. L'entrée au capital de Trigano en 2012 a permis de perpétuer le rythme d'une croissance à deux chiffres.

Notin ne connaît pas la crise. Tandis que le marché national stagne, le spécialiste du camping-car haut de gamme Notin, dont le siège est basé à Panissières, reste abonné aux progressions à deux chiffres. Le volume des ventes au 30 septembre 2014 a atteint les 21 M€, soit une augmentation de + 35 % par rapport à l'exercice précédant.
La société est dirigée depuis 2005 par Guerric Bruand qui a succédé à son père. « La qualité et la satisfaction du client sont dans l'ADN de Notin », témoigne Thierry Robert, responsable commercial. Si l'entreprise est habituée à ces courbes de progression, les derniers résultats s'appuient aussi sur des causes structurelles avec l'entrée du groupe Trigano à hauteur de 70 % du capital familial Bruand en juin 2012. « L'entrée de Trigano au capital a eu plusieurs effets. Nous avons eu accès à un autre type de fournitures ce qui nous a permis de baisser certains de nos prix de vente. C'est le cas notamment avec les châssis Fiat qui équipent 80 % du marché. Le process de fabrication est le même, mais ces châssis sont moins chers que ceux de Mercedes que nous utilisons pour nos propres gammes. Ce rapprochement nous a permis d'élaborer un camping-car d'entrée de gamme, baptisé “Progress“. »
Le prix d'accès à un camping-car chez Notin s'étend ainsi de 65 000 à 300 000 €. Depuis une quinzaine d'années déjà, l'entreprise avait complété son offre de produits d'entrée de gamme sous d'autres marques, avant d'en fabriquer elle-même depuis l'entrée au capital de Trigano. Notin vend en moyenne 450 véhicules par an, dont 120 neufs sur un marché stagnant. Le cumul du nombre d'immatriculations de camping-cars sur une année civile en France oscille aujourd'hui entre 16 et 17 000. L'augmentation des volumes chez Notin depuis 2012, y compris sur un nouveau modèle haut de gamme  « Excel », a engendré en 18 mois l'embauche de 25 personnes sur l'usine de Panissières. L'effectif atteint aujourd'hui 75 salariés, dont 50 en production. « Nous veillons à ce que la progression se fasse dans la maîtrise de la qualité ».
Le fabricant français fait appel à la sous-traitance extérieure pour ses produits très techniques et  haut de gamme (électricité, ébénisterie...). Ces campings-cars jouissent aussi d'une autonomie de plus en plus grande grâce à des batteries de forte capacité, tout en contrôlant les consommations dans une démarche de développement durable. « Le syndicat des constructeurs de camping-car préconise des directives écologiques (panneaux solaires, économie d'eau...). Parallèlement à l'élargissement de l'offre, les points de vente se sont développés.
En plus du grand show-room de Civens (Feurs), Notin dispose de points de vente à Saint-Georges-des-Gardes (49), Coëtmieux (22), et en Bretagne où se concentre traditionnellement une partie de la demande : Ergue-Gaberic (29) et Queven (56). Notin dispose aussi d'un point de vente en Belgique, à Ostende, autre pays amateur de camping-cars où la concurrence est très présente (plus de 4 000 immatriculations par an). Le service des ventes est doté d'une plate-forme de SAV en ligne. Pour ce qui concerne le financement, Notin propose des solutions, notamment sous forme de paiements mensuels sans apport. « Après, tout est question d'amortissement et de dépréciation du véhicule ».

 Aline Vincent

Le plus ancien constructeur français

La société a été créée par les 2 frères Notin à Panissières en 1921, ce qui en fait le plus ancien fabricant de camping-cars français (le premier date de 1948). Tout a débuté avec les « remorques d'habitation » destinées aux ouvriers construisant les voies de chemins de fer. C'est en 1934 qu'est née la première caravane à la demande d'un pharmacien parisien qui avait entendu parler de Notin depuis sa campagne ligérienne. Le camping-car a suivi naturellement avec son mode de conduite intégré à la partie habitable. Mais chez Notin, on ne se contente pas de concevoir et construire. On pratique. Gisèle Bruand, directrice commerciale, est même présidente du club « Tivaou ».  L'association loi 1901 propose depuis des années des voyages à ses clients-adhérents. Objectif : organiser des destinations où ils n'iraient pas seuls. Les clients sont eux-mêmes acteurs et organisateurs. Le responsable commercial Thierry Robert est aussi adepte depuis toujours de ce mode de voyages. « En plus d'être passionnés, ça nous permet de faire remonter les besoins. Aujourd'hui, nos camping-cars doivent offrir tout ce dont nous disposons chez nous, de la centrale d'aspiration au sèche cheveux en passant par la machine Nespresso...  Ce mode de vie touche à la fois une population de retraités “hyper-actifs“ mais aussi de plus en plus des actifs à la recherche parfois d'une simple coupure souhaitée instantanément, sans forcément avoir été anticipée. Pas besoin non plus d'aller très loin. On peut résumer ce style de vie à “indépendance et liberté ».

 

A.V.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide