Fermer la publicité

Cabinet Inelys : loi de finances et « Monsieur Paul »

Rhône le 20 février 2015 - M.C. - Experts-comptables - article lu 1119 fois

Cabinet Inelys : loi de finances et « Monsieur Paul »
D.R. - R. Van Liefland, S. Cobaud, C. Aujoulat et N. Priest

Le cabinet lyonnais d'expertise comptable Inelys, piloté par Nicolas Priest et Sébastien Cobaud, vient d'organiser une réunion d'information à l'attention de ses clients sur les nouveautés de la loi de finances 2015, avec l'appui de Me Christian Aujoulat, avocat au sein du cabinet Alister.

Cette réunion a été l’occasion de proposer une conférence-débat sur le thème «  Entreprendre : les clés de la réussite. Monsieur Paul Bocuse ». Ce sont Paul Maurice Morel et Régis Van Liefland, directeur général et secrétaire général de Nord Sud Développement, restaurants et brasseries Paul Bocuse, qui ont animé cette manifestation qui a retenu l’attention des nombreux participants.

Régis Van Liefland, ancien expert-comptable (associé avec Philippe Priest, père de Nicolas Priest) a relaté la carrière de « Monsieur Paul », âgé aujourd’hui de 89 ans qui a obtenu sa première étoile en 1958 puis la seconde en 1962, avant d’être couronné de la troisième étoile en 1965, voila un demi siècle. C’est en 1961 que Paul Bocuse devient Meilleur Ouvrier de France (MOF). Quel est le secret de celui qui a créé le Bocuse d’Or en 1987 ? Tout simplement, selon Régis Van Liefland, « magnifier le produit qui doit toujours être de très haute qualité ». Une technique qu’il aura toujours appliquée et inculquée et qui lui vaudra en 1989 le titre de cuisinier du siècle.

Et si l’établissement du pont de Collonges reste le lieu magique connu dans le monde entier, les brasseries Paul Bocuse, lancées en 1994 avec la Brasserie du Nord, rue Neuve, ont désormais une réputation qui dépasse les frontières. Le Sud succède au Nord en 1995, suivie de l’Est en 1997 puis de l’Ouest en 2003,  celle-ci étant l’établissement le plus vaste avec 1 400 m², 270 places et 200 000 couverts servis par an. Parmi les reprises figurent Argenson à Gerland en 2003 et Fond Rose en 2011, à la suite de Gérard Vignat. La carrière de Paul Bocuse aura été l’occasion de rencontres qui l’auront marqué, ainsi celle avec  Jean Fleury en 1985, qui restera son homme de confiance jusqu’à aujourd’hui.

A son tour, Paul-Maurice Morel a évoqué l’institut Paul Bocuse, fort de 35 nationalités, et le rapprochement avec EM Lyon puis l’arrivée de Jérôme Bocuse dans Paul Développement et les perspectives d’évolution du groupe : « Saisir les opportunités comme celle offerte par l’hôtel-Dieu, regarder en direction de l’Europe du Nord mais surtout conserver nos racines ».

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide