Fermer la publicité

C’est le Folk des Terres froides

Isère le 15 mai 2014 - Jacques Savoye - Isère rhodanienne - article lu 729 fois

Ils ne monopolisent pas les ondes des radios ni n’occupent les étranges lucarnes de la télévision.

On ne les trouve pas –du moins pas encore- dans les bacs des disquaires. Et pourtant, les 7 musiciens (5 femmes et 2 hommes) du groupe Chocola Do Ré jouissent d’une solide réputation dans le nord de l’Isère. Une bonne raison à cela : ils remettent au goût du jour les airs et le style qu’affectionnaient nos grands-parents dans cette contrée des Terres froides où les soirées d’hiver flirtaient avec des températures négatives Mais, pour agrémenter leur répertoire, ces musiciens amateurs (tous exercent par ailleurs une activité professionnelle aux antipodes de leur passion) y ajoutent quelques gouttes d’exotisme. Ainsi, la violoniste Esther troque volontiers archet et cordes pour caresser la peau du djembé. Patricia (flûte et percussions), Eliane (flûte), Laure (clarinette), Sylvie et Philippe (accordéon) mais aussi Jean-Pierre et sa guitare adhèrent volontiers à cette stratégie que le public applaudit. Ainsi, depuis 2 ans, Chocola Do Ré anime non seulement des bals mais aussi des concerts chez des particuliers et en Rhône-Alpes. Récemment, c’est à la librairie Majolire de Bourgoin-Jallieu que le groupe s’est produit, les tempi de la gavotte et du rigodon faisant leur œuvre parmi la clientèle. L’ensemble participe également à des festivals dédiés à cette musique qui était celle du bon vieux temps, d’une certaine façon de vivre des anciens Dauphinois bien avant que le jerk, le twist, le rock et le rap ne soient inventés. L’association « Dentelle et musique », que Jean-Pierre Ghia patronne à Passins (on peut voir le site www.lafermemusicale.fr) apporte son soutien à ces musiciens dont le seul plaisir est de perpétrer un style que l’on croyait perdu dans quelque oubliette. Ils font revivre cette musique des Terres froides qui réchauffe les cœurs et réveille les mémoires.
Jacques Savoye



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide