Fermer la publicité

Bussy-Albieux, une voie de passage millénaire

Loire le 06 mars 2015 - Daniel Brignon - Vie locale - article lu 396 fois

Bussy-Albieux, une voie de passage millénaire
Daniel Brignon

Le village de Bussy-Albieux, une châtellenie puissante au Moyen Age, située aux confins des seigneuries d'alors sur une voie de grand passage est toujours traversée par cette route qui connaît une fréquentation en hausse, préoccupante pour la commune qui place dans ses priorité la sécurisation de son cœur de village.

Bussy-Albieux est située sur une voie de passage ancienne, aux limites des possessions des comtes du Forez et des seigneurs de Couzan, d’où l’importance au Moyen Age de la localité relevant de la réunion des paroisses de Bussy et d’Albieux, dont la plus ancienne référence remonte à 1046. La ville, une châtellenie couronnée de son château comptait alors plus de 1 000 habitants.
La route, le Chemin de France du Puy à Nevers, est toujours fréquentée par les pèlerins en route vers Saint-Jacques de Compostelle. Bussy-Albieux en constitue un relais surtout depuis la création d’une table d’hôte et de chambres d’hôtes dans le village. Cette route, le RD 8 aujourd’hui, partage la commune en deux géographies, à l’ouest : la montagne couverte de prairies, bois et vignes ; à l’est : la plaine semée d’étangs. À la faveur de l’irrigation, amenée depuis l’extrémité du canal du Forez, ce territoire a conservé une intense activité agricole : 25 exploitations, d’élevage laitier, de vaches allaitantes, mais aussi de porcs, de volailles transformés à la ferme. Le territoire compte encore un Esat, l’Esat du Colombier, employant 40 salariés à une activité de maraîchage et de conserverie de légumes.
L’activité à Bussy-Albieux, c’est aussi une entreprise de mécanique générale de 30 salariés, une carrosserie, et pour le commerce de détail, un bar-tabac et une boulangerie. Ces commerces qui animent le village profitent du passage sur la route fréquentée par 3 000 véhicules par jour, fréquentation qui n’a pas cessé de croître depuis notamment l’ouverture de l’A 89, qui place Bussy-Albieux à une heure de Lyon. Cette position privilégiée au carrefour des autoroutes pour Lyon, Saint-Etienne, Clermont, n’a pas eu d’effet notoire sur l’évolution de la population. « On a échappé à l’envahissement qu’ont connu des villages plus proches des centres urbains, note le maire, Bernard Vial. Les gens sont venus progressivement », dans ses hameaux dont les deux plus importants, Albieux et Goutte Belin, comptent une vingtaine de maisons, avec peu d’extensions, qui seront proscrites d’ailleurs avec un nouveau PLU, qui limite la zone constructible au bourg. La population atteint aujourd’hui 500 habitants officiellement, 530 estime le maire. Elle en comptait 480 à la fin de années 1950 avant une érosion puis la remontée lente depuis les années 2000. 
La commune de Bussy-Albieux avait en projet déjà au précédent mandat deux chantiers de rénovation, de l’école et de la salle des fêtes, projets ajournés pour pouvoir intégrer un contrat plus global, un Coca, négocié avec le Département qui inclura encore un plus gros chantier, l’aménagement de la traversée du bourg en vue de sécuriser sa traversée. Un projet de 2,2 M€ dont la première tranche, au centre de l’agglomération, devrait être portée à ce premier Coca de trois ans, signé d’ici la fin de l’année.

Daniel Brignon

Carte d'identité

Superficie : 1 965 ha, dont 327 ha de bois et d’étangs
Altitude : de 339 à 534 m
Population : 500 habitants
Emplois (en 211) : 147
Nombre d’établissements actifs (au 31 décembre 2012) : 62
Communauté de communes : Pays d’Astrée
Scolarité : Une école de 2 classes et 57 élèves, en RPI avec Saint-Sixte et Arthun (qui en comprend 130 au total)

Patrimoine : une vingtaine de croix entretenues par la commune dont l’une classée ; une chapelle médiévale, la chapelle du cimetière. Le château ancien a été démoli en 1522 à la suite, suppose-t-on, d’un incendie. L’église du village remonte à 1880, date où la population amorce une remontée pour atteindre les 900 habitants au début du XXe siècle.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide