Fermer la publicité

Bourgoin-Jallieu: Secours populaire, les généralistes de la solidarité

Isère le 17 mars 2015 - Jacques Savoye - Société - article lu 430 fois

Bourgoin-Jallieu: Secours populaire, les généralistes de la solidarité
(photo J.S.) - - Philippe Bertaud est le secrétaire du Secours populaire français de Bourgoin-Jallieu.

A Bourgoin-Jallieu, le Comité des Portes-de-l'Isère du Secours populaire français étend son action sur les communes de l'agglomération. Il a distribué en 2014 plus de 1 500 colis alimentaires.

La détresse, c’est un mot dont Philippe Bertaud connaît mieux que personne la signification. Et pour cause puisqu’en sa qualité de secrétaire du Comité des Portes de l’Isère du Secours populaire français il y est confronté. « A Bourgoin-Jallieu, un habitant sur quatre vit sous le seuil de pauvreté » nous dit-il, s’appuyant sur les documents de l’Insee. Un terrible constat qui vise essentiellement les quartiers de Champaret et de Champfleuri.

« Leur détresse, nos concitoyens la dissimulent. Avec le Secours populaire français, ils sont acteurs de leur dignité » explique-t-il en nous faisant découvrir le stock de vêtements usagés destinés aux plus modestes d’entre nous. « Pour la forme, nous demandons une participation : 20 centimes pour un vêtement léger, 50 centimes pour un manteau ou une doudoune. Mais, pour certains, c’est encore trop. Alors, on donne » dit-il. Sur le territoire de la Communauté d’agglomération, le Secours populaire français s’associe à l’action des Restos du cœur et des autres organismes charitables.

« Lors du second semestre 2014, dans nos permanences de Champfleuri et de la rue de la Libération, nous avons accueilli près de 600 personnes et distribué 1 500 colis alimentaires, ceci grâce aux quêtes effectuées à la sortie des grandes surfaces, aux braderies, aux vide-greniers (le prochain aura lieu le 12 avril : NDLR) et aux subventions communales, dont celles de l’Isle d’Abeau et de Nivolas - Vermelle»  explique Philippe Bertaud qui, avec d’autres bénévoles, est l’un des nombreux « généralistes de la générosité » comme ils se définissent. Mais là ne s’arrête pas l’action du Comité, fondé en 2011. 

Un goûter et des colis de Noël aux plus nécessiteux sont organisés  tout comme des sorties familiales. Mais ce dont Philippe Bertaud est légitimement fier c’est « La journée des oubliés des vacances » qui complète les actions entreprises pour des enfants « qui n’ont jamais vu la mer ». L’octroi de chèques-vacance permet de les confier à des familles ou à des colonies. « A leur retour, ces gosses ne sont plus les mêmes » affirme Philippe Bertaud. Des sourires qui ne peuvent qu’engager son équipe à poursuivre et à intensifier ses actions (dont une formation à internet) en faveur des plus démunis à l’heure où l’Europe, sous la pression des Allemands et des Britanniques, réduit son aide à destination des œuvres sociales.
                                                                     Jacques Savoye



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide