Fermer la publicité

Bourgoin-Jallieu - Nathalie Broizat, la danse au corps

Isère le 19 mai 2015 - Jacques SAVOYE - Nord-Isère - article lu 1454 fois

Bourgoin-Jallieu - Nathalie Broizat, la danse au corps
jacques Savoye - Nathalie Broizat, heureuse de retrouver un instant son enfance.

Après avoir triomphé à Los Angeles et à New York, la chorégraphe berjallienne Nathalie Broizat travaille sur son prochain spectacle mis en musique par la Domarinoise Agathe Max et habillé par le Berjallien Olivier Mulin, en collaboration avec Anne Rebeschini. Il sera créé en mars 2016 à Toulouse. Rencontre.

Encensée par le "Los Angeles Times", Nathalie Broizat garde les pieds sur terre. La moindre des choses pour une danseuse. "J'ai appris à rester modeste. Aux Etats-Unis, et surtout en Californie, les journalistes  vous abattent avec la même célérité mise à vous porter aux nues" affirme la chorégraphe berjallienne dont le ballet, "Amour where are you?", a triomphé de New York à Los Angeles avec un détour par le Mississippi.

Pour Nathalie, tout a commencé à Bourgoin-Jallieu. "J'ai grandi dans la boulangerie familiale, rue de la Liberté, mais la danse a toujours été ma passion. J'ignore d'où ça vient. Peut être du jour où j'ai vu un film montrant Nijinsky dansant le Sacre du printemps" dit-elle. Dès ses premiers entrechats, à l'école de Chrys Perry sur les quais de la Bourbre, l'enfant qu'elle était alors comprenait qu'elle n'était pas destinée à la danse classique. Elle en avait la confirmation quelques années plus tard à Lyon, où elle poursuivait ses études. "Je n'avais ni le physique ni la morphologie pour être petit rat à l'opéra"  confesse-t-elle. Avec la compagnie "Pirouettes" de Sylviane Caillot-Luc, la jeune femme optait donc pour la danse contemporaine non sans poursuivre ses études à l'université Paris VIII.

C'est avec une bourse Fulbright en poche que Nathalie mettait le cap sur New York, en l'an 2000. Eblouie par Pina Bauch, dont elle se réclame, la Berjallienne découvrait les autres faces de son art : la mise en scène, la production. Trois années d'un difficile apprentissage en coulisses avant de répondre à l'invitation de Rachel Rosenthal, à Los Angeles. La ville des stars était le lieu idéal pour mettre en pratique "une nouvelle forme d'expression artistique entre la danse et le théâtre". Avec "Amour, where are you?" (sur une musique d'Agathe Max, de Domarin) Nahalie Broizat déchaînait l'enthousiasme du public et séduisait la presse californienne. On en parle encore du côté du Golden gate et même à Beverly Hills !

Mais la France espérait le retour de sa vedette! Après 10 années passées chez l'Oncle Sam, la Fondation U.S.A. de la cité universitaire l'attendait à Paris. Nathalie y était en résidence avec sa compagnie Love labo, dirigeant un workshop spécialisé dans l'improvisation et la composition. Mais l'appel du public  se faisait vite entendre. Aujourd'hui, c'est le spectacle "HH", d'après "Histoire de l'homme", un texte de Paul Emond, que Nathalie Broizat et Anne Rebeschini mettent au point. Il sera créé en mars prochain à Toulouse. Si la musique en sera encore signée par Agathe Max, les costumes seront l'oeuvre d'Olivier Mulin. Car le styliste berjallien lui aussi a été de toutes les créations de Nathalie Broizat. La Berjallie toujours en pointe, en quelque sorte.

                                                                                                                                                                                                               Jacques Savoye



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide