Fermer la publicité

Bourgoin-Jallieu - Les finances entre les lignes

Isère le 08 novembre 2014 - Jacques Savoye - Nord-Isère - article lu 614 fois

Bourgoin-Jallieu - Les finances entre les lignes
Crise budgétaire oblige : faute de subvention, le Centre médico-sportif fermera en janvier (D.R.)

La décision de suspendre le projet de construction de 10 logements à caractère social rue de l’Escot (voir L’Essor du 31 octobre) ne figurait pas au programme du récent conseil municipal.  Pourtant, elle n’échappa point au débat.

Leader de l’opposition André Borne la condamnait, stigmatisant « une position purement électoraliste  dictée par l’hostilité de quelques voisins ». Ce que réfutait le maire Vincent Chriqui. « C’est un projet intéressant, innovant. Mais il ne convient pas à cet endroit du centre- ville» disait-il non sans admettre que « rien ne peut être entrepris contre la volonté des riverains ». Pour sa part, à propos du Contrat local de santé et d’une convention avec l’Agence régionale de santé, Cécile Morgan relevait « une incohérence totale entre la décision de fermer le Centre médico-sportif et le choix d’une politique de santé volontaire, efficace et accessible ». Evoquant la fermeture de ce centre, suite à la suppression d’une subvention de 90 000 €, Frédérique Pénavaire (PCF) s’emportait : « Vous êtes redoutable dans votre politique ! Jusqu’où allez-vous aller ? » demandait-elle au maire. « On ira jusqu’à 600 000 € d’économie par an, l’équivalent de la dotation qu’a supprimée l’Etat » répondait Vincent Chriqui, ramenant ainsi le débat au niveau des finances, véritables « vedettes américaines » de la soirée. Car les finances, il en fut question à propos des tarifs de la saison culturelle, de la taxe communale d’équipement, de la réforme des rythmes scolaires, de la réussite éducative, de l’équipement des policiers municipaux, du village mobile pour SDF sans omettre la Maison du commerce et de l’artisanat subventionnée exceptionnellement pour les animations de décembre étendues, selon Jean-Pierre Girard, à toutes les rues de la ville.

Jacques Savoye



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide