Fermer la publicité

Bourgoin-Jallieu : ces commerces qui plient boutique

Isère le 25 juillet 2015 - Jacques SAVOYE - Nord-Isère - article lu 1123 fois

Bourgoin-Jallieu : ces commerces qui plient boutique
jacques Savoye - Mis à prix 10.000 EUR: n'a pas trouvé preneur.

A Bourgoin-Jallieu, plus de 30 commerces du centre-ville ont mis la clef sous la porte en seulement 5 ans environ. La faute à la conjoncture ? Pas toujours.

Bien situé rue de la Liberté (la rue piétonne du centre-ville), le fonds de commerce était mis à prix 10 000 €. A l'heure dite, seuls étaient présents le commissaire-priseur, son assistant, les propriétaires des murs et l'auteur de ces lignes. Personne pour enchérir. Résultat : « De l’art dans la cuisine » (le nom de cette boutique)  rejoint la longue liste des commerces berjalliens qui ont mis les clefs sous la porte. A proximité, Paryma, chausseur pour dames vient de connaître semblable sort.

A Bourgoin-Jallieu, plus de 30 commerces du centre-ville ont ainsi baissé leur rideau. Une boulangerie (A la brioche de Bourgoin) et un prêt-à-porter (Benetton) sont parmi les victimes de cette épidémie. Un mal qui n'épargne aucune des artères commerçantes et aucune activité. Si la conjoncture a sa part de responsabilité dans cette situation, ce n'est pas toujours le cas. A Bourgoin-Jallieu, où les difficultés liées à la circulation et au stationnement ne datent pas d'hier, on subit l'attraction des zones périphériques où moults commerces se sont décentralisés.

C'est le cas de deux pharmacies dont les locaux (rue Stalingrad pour l'une, rue de la Liberté pour l'autre) sont aussi vides qu'une boîte d'aspirine un soir de migraine. Rue de la Libération, le déménagement de la clinique a été fatal au fleuriste voisin. Cette crise, puisqu'il faut bien lui donner un nom, frappe là où l'on ne l'attendait pas. Ainsi, trois bars (avenue Ambroise-Genin, rue Joseph-Seigner, rue de la République) ne désaltèrent plus personne. Sur l'avenue des Alpes, où le cinéma Royal est fermé depuis 2012, les locaux d'un laboratoire d'analyses médicales guettent un acheteur. Place Charlie-Chaplin, c'est la clinique mutualiste qui est à vendre et, avenue Gambetta, les bureaux qui abritèrent l' ANPE sont disponibles !

Ceci étant, la situation du commerce de proximité est sérieuse mais pas désespérée. Mais il va  falloir affronter la rénovation de la rue piétonne (lire notre précédente édition). Trois ans de travaux  qui, conjugués avec le nouveau parking Hector-Berlioz, devraient se traduire par  la renaissance de ce commerce de proximité. Ce que chacun espère et souhaite.

Jacques Savoye



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide