Fermer la publicité

Bourgoin-Jallieu : Aux Lilattes, ce sera l’Ecole « Simone Veil »

Isère le 31 août 2014 - Jacques Savoye - Nord-Isère - article lu 1220 fois

La prochaine rentrée scolaire ne sera pas tout à fait comme les autres à Bourgoin-Jallieu.

Et pour cause puisque si deux écoles primaires ont été fermées, une autre s’apprête à prendre du service. Nous avons relaté en son temps la décision prise par la municipalité d’Alain Cottalorda de mettre la clef sous la porte de l’école Maurice Carême, sur la rive droite de la Bourbre à Jallieu, et des remous que cette fermeture avait générés chez nombre de parents du fait de la nouvelle répartition des élèves dont certains seront délocalisés à Champfleury. La fermeture de l’école des Lilattes n’a, pour sa part, suscité que des regrets chez les plus anciens Jallésiens. Cette école, que l’on doit à la générosité de la famille de l’industriel Théophile Diederichs (maire de Jallieu de 1884 à 1900, il fit également édifier le temple de l’Eglise réformée et l’hôpital de Jallieu qui abrite de nos jours la résidence Delphine Neyret), devra céder son emplacement à un immeuble contemporain conformément au vote des élus de la précédente mandature. Reste à connaître quel sort sera réservé au clocheton de ce vieux bâtiment considéré, par beaucoup, sinon comme une pièce historique comme un élément du patrimoine local. Mais si deux écoles tirent le rideau, une troisième est appelée à prendre du service. D’une architecture résolument moderne, avec sa façade vitrée, elle a surgi, en échange d’une facture d’un peu plus de 3 M€, à l’emplacement des anciennes fonderies, en lisière de la rue du Premier atelier et de l’avenue Frédéric Dard. C’est à l’unanimité du conseil municipal désormais présidé par Vincent Chriqui a décidé (comme notre journal l’avait évoqué en son temps) que ce groupe scolaire portera le nom de Simone Veil. On sait que Mme. Veil, qui fut ministre de la Santé dans le gouvernement de Raymond Barre sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, a marqué de son empreinte la condition féminine. N’a-t-elle pas légiféré en faveur de la contraception (autorisant la pilule que le chanteur Antoine proposait de mettre en vente en grande surface) et le droit à l’avortement ? Mais Simone Veil est également une rescapée de la shoah, ses origines juives lui ayant valu, ainsi qu’à sa famille de connaître, lors de la seconde guerre mondiale, les affres de la déportation à Auchwitz - Birkenau d’abord puis à Bergen - Belsen. Avocate de formation, ancien magistrat, Simone Veil, qui fut également présidente du Parlement européen, est sociétaire de l’Académie française, tout comme le Bergusien Yvon Gattaz. Lors d’un récent sondage, elle a été classée quatrième personnalité préférée des Français (et première femme) derrière Jean-Jacques Goldman, Omar Sy et Dany Boon. Elle est aujourd’hui âgée de 87 ans et réside près de Nice, sa ville natale.

Jacques Savoye



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide