Fermer la publicité

Bourgoin-Jallieu - Armand Bonnamy, sans étiquette, pas sans projet !

Isère le 27 février 2014 - Eric Séveyrat - Nord-Isère - article lu 936 fois

Bourgoin-Jallieu - Armand Bonnamy, sans étiquette, pas sans projet !
(D.R.)

Ce que l’on appelle désormais « ERBJ » (ensemble réinventons Bourgoin-Jallieu) est un projet qui n’est pas attaché à un mouvement politique national, et ne revendique aucune idéologie particulière.

La tête de liste est un déçu du PS, Bernard Laporte fut jadis RPR, et Brigitte Karyta, autre pilier de la liste, était Modem dans le camp Cottalorda.  Premier reproche à la municipalité sortante : « Alors que la ville connaît une augmentation de population ses emplois baissent, son commerce et son artisanat sont en perte de vitesse… » Armand Bonnamy et ses colistiers fustigent la gestion des finances : « On 2015, on sera dans le rouge ! L’arrêt brutal du projet de reconstruction du théâtre début 2013 a été un tournant et un révélateur de l’état des finances…Sur la construction de l’école des Lilattes, on a dépassé le budget d’1 M€, attaque M. Bonnamy » et Bernard Laporte de renchérir : « Tous ces travaux engagés, il faudra bien les payer… ». Armand Bonnamy d’enfoncer le clou : « Le budget 2014 n’est même pas voté alors que l’on va aux élections, c’est parce que la ville est en difficulté ! » (Ndlr : la loi permet un report du vote au-delà du 31 mars, date habituelle du vote des budgets).
Une fois aux commandes, Armand Bonnamy demandera un audit des finances, et table sur une rationalisation des dépenses : « Ne pas augmenter la masse salariale, précise-t-il, nous n’avons pas eu de réunion de la commission des finances depuis plus d’un an, tempête-t-il, j’ai demandé un bilan financier de l’opération de l’ANRU de Champ Fleuri, on  ne me l’a jamais fourni, le maire a répondu qu’il n’y en avait pas !»
Comme les autres, Armand Bonnamy assure qu’il n’augmentera pas les impôts, mais cependant donne des pistes de récupération de pouvoir d’achat pour les habitants par la réduction de la facture chauffage de -10-15% sous le seuil actuel des factures gaz. En utilisant davantage l’usine d’incinération des ordures ménagère (UIOM), un projet porté par le privé à hauteur de 17 M€ d’investissement permettrait de chauffer les logements collectifs, de fermer les chaufferies actuelles : « et de réduire de 7000 t par an l’émission de CO2, affirme M. Bonnamy. »
Le projet ERBJ propose aussi un prix de l’eau progressif, une place Carnot sans voiture, un parking silo esthétique dans le centre ancien, davantage de caméras vidéo, de lumière dans les rues commerçantes, un renfort de policiers…

Eric Séveyrat


Programme complet : www.erbj2014.blogspot.fr



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide