Fermer la publicité

Théâtre : Abeilles, un bourdonnement familial

Loire le 03 octobre 2015 - Florence Barnola - Spectacle, Théâtre - article lu 24 fois

Théâtre : Abeilles, un bourdonnement familial
DR - "Abeilles" au Verso du 6 au 12 octobre

Avec « Abeilles », sa nouvelle création, Gilles Granouillet, ouvre la saison de son théâtre, le Verso. Une pièce familiale à voir jusqu'au 12 octobre.

Avec Abeilles, Gilles Granouillet, auteur-metteur en scène et directeur du Théâtre du Verso, met en lumière une famille. Le dramaturge aime explorer la cellule familiale, le thème est chez lui récurrent. Il interroge les liens familiaux, les tensions qui leurs sont inhérentes, les non-dits et les secrets. L’année dernière, le metteur en scène abordait la transmission père-fils dans Les Psychopompes, pièce qu’il avait également écrite.                                                                                                                                    

Dans Abeilles, les relations père-fils sont plus compliquées, il s’agit plutôt d’affrontement : « Sa vie l’a rendu minuscule, moi je ferai autre chose, je ferai ma vie autrement », dit le fils du père. Les personnages sont nommés par leur fonction, leur rang familial : le fils, la fille, la mère et le père. « Je voulais situer ma pièce dans un quotidien familial, simplement parce que c’est l’endroit où adultes et ados se croisent le plus souvent, notre endroit de rencontre de tous les jours », explique l’auteur dont la pièce qui a commencé d’exister à partir du témoignage d’un homme entendu à la radio : « Je ne saurais toujours pas l’expliquer mais ce témoignage eut l’effet d’une clef qui m’ouvrait les portes d’Abeilles. Il a fallu du travail et du temps mais c’est bien ce jour-là que la forme a pu rejoindre le fond, que j’ai trouvé les outils pour mettre en forme le propos qui m’occupait. »

L’histoire commence par une dispute entre un père et son grand fils qui aura pour conséquence la disparition de ce dernier. Comment est-ce arrivé ? Pourquoi ? Autant de questions qui seront abordées à travers six scènes narrant le quotidien et laissant apparaître un traumatisme. Le mal-être du père n’est peut-être pas anodin dans cet enchaînement de circonstances… « En fond, il y a ce pays lointain d’où sont originaires les parents. Il y a le parcours d’un père et sa difficulté à exister chez lui et en dehors de chez lui ». Les parents sont représentés par un bon binôme d’acteurs, le père est interprété par François Font qui a été permanent près de 15 ans à la Comédie de Saint-Étienne, et la mère est jouée par Émilie Weiss qui a notamment beaucoup collaboré avec Christian Schiaretti. Cette pièce vue en famille soulèvera sans doute quelques questions de la part de ses membres.

Florence Barnola

Abeilles, écrit et mis en scène par Gilles Granouillet, Le Verso à Saint-Étienne, du 6 au 12 octobre.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide