Fermer la publicité

Billet vert : A Sainté, il y aussi des contribuables !

Loire le 06 février 2014 - Xavier Alix - Agglomération stéphanoise - article lu 1888 fois

Méprisant et surtout ignorant.

Au risque que ces quelques lignes soient perçues comme la réaction épidermique d’un minable journaliste « de province » trop attaché à « sa terre » pour rester lucide, confirmons la répartie d’Hervé Mathoux à la provoc' facile de Pierre Ménès dimanche dernier dans le Canal football club.

Dans une agglomération de 400 000 habitants comme Saint-Etienne (170 000 intramuros), il y a donc un musée d’Art moderne, une Cité du design. Il y a aussi un Zénith, une activité culturelle indéniablement dense, des établissements d’enseignement supérieur, une recherche scientifique sous estimée, une offre de santé plus qu’honorable, dans le sport notamment, un tissu économique innovant (par exemple BV sport et ses chaussettes de contention pour footballeurs pros) loin des clichés de puits de mines fermés et d’hangars sidérurgiques en décrépitude.

Il y aussi une magnifique nature environnante. Mais si ! Ce machin tout vert dont vous ne voyez jamais la couleur (naturelle) dans ce tentaculaire Paris si brûlant d’activités mais entouré de mornes plaines céréalières. Oui, il n’y a pas que le foot à Saint-Etienne. Non, cette ville n’est pas un paradis. Et la liste de ses activités se retrouve bien sûr dans des cités d’égale importance. Mais ce n’est pas non plus un gros village de 10 000 âmes perché entre Clermont et Lyon. Mieux encore : dans l’agglomération de « Sainté », comme sait le dire M. Ménès, il y a des contribuables, entreprises et particuliers.

L’équipement public qu’est Geoffroy-Guichard, loué au club pour une somme inférieure à ce que cela coûte à la collectivité leur appartient. Faut-il mettre les 200 000 € (300 000 € en plus pour un chauffage) nécessaires au remplacement d’une pelouse au profit du football pro ? Ou financer le développement d’autres activités ? Certes, à part les Verts, il n’y en a pas réunissant 25 000 personnes deux ou trois week-ends par mois. Mais ça se débat ! Encore faut-il ne pas rester au stade du foot et faire preuve d’un minimum de curiosité plutôt que d’un irritant nombrilisme.

Xavier Alix



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide