Fermer la publicité

Biennale de Grenoble…et du monde

Isère le 11 septembre 2015 - Caroline THERMOZ-LIAUDY - Expositions - article lu 385 fois

Biennale de Grenoble…et du monde
Caroline Thermoz-Liaudy - La biennale de Grenoble se veut ouverte sur tous les courants de l'art contemporains

Du 16 au 20 septembre prochain, Grenoble inaugurera sa première biennale d'art contemporain. 28 artistes internationaux sélectionnés par un collectif d'artistes, et plus de 150 œuvres investiront l'ancien musée de peinture, pour une première édition qui devrait être pérennisée.

Il s’agit pour Ivan Lavallade, président de l’association « Art et voyage dans le temps », de « combler un manque dans l’offre artistique grenobloise ». Désormais, à l’image de Lyon, la capitale des Alpes aura sa biennale d’art contemporain, et même d’arts contemporains, au pluriel. En effet, le pari de cette exposition c’est de voyager à travers les différents courants contemporains, et à travers les différents pays.

Russie, Etats-Unis, Corée, Australie, Pologne, Allemagne…chaque artiste réside en France mais connait une autre culture plus lointaine. « Il y a la volonté de faire se rencontrer les artistes entre eux » explique Ivan Lavallade, « Et de montrer ce qu’on ne voit généralement pas en matière d’art contemporain. C’est une exposition relativement indépendante de ce qui est imposé au niveau académique par le milieu de l’art contemporain lui-même. On va donc aussi sortir de la facette franco-française, pour montrer un autre spectre de ce qui se fait aujourd’hui, par des artistes vivants. »


Artistes vivants et œuvres vivantes : des peintures, des dessins, des photos, des sculptures et des vidéos performances, sur des thèmes libres, puisque chaque artiste apportera plusieurs œuvres de son choix. Les 16 artistes régionaux (sur 28), eux, participent également à une exposition  thématique parallèle sur le « Petit Chaperon Rouge ».

« Les artistes étaient heureux  qu’on leur propose une autre biennale que celle très connue de Lyon. Nous avons fait des propositions et nous avons reçu des centaines de demandes et nous avons fait une sélection qui a duré plusieurs mois jusqu’en mars dernier » explique Ivan Lavallade. « La sélection a été faite par les artistes de nos associations. Il y a eu énormément d’engouement et nous avons dû être sélectifs, car même si le musée est assez grand, quand on arrive à une petite trentaine d’artistes, on doit faire  des choix. Les visiteurs pourront d’ailleurs rencontrer chacun des artistes sélectionnés, puisque tous seront présents chaque jour. » Un engouement qui se veut peut-être signe de pérennisation pour ce rendez-vous.

Cette biennale a aussi réussi le coup de force d’avoir été montée en 14 mois, sans sponsoring, pour un coût n’excédant pas les 2500€. Pour rentrer dans leurs frais, les organisateurs ont fait imprimer 2 catalogues (10€ chacun), l’un sur l’exposition générale, l’autre sur le thème du Petit Chaperon Rouge. Par ailleurs, la revue grenobloise Beaux Quartiers, a consacré à la biennale un numéro hors-série, dont 2500 exemplaires seront mis à disposition gratuitement au musée durant la biennale. A noter enfin que la biennale aura lieu durant les journées du Patrimoine.


Première biennale d’art contemporain de Grenoble. Du 16 au 20 septembre 2015 à l’Ancien musée de peinture, place de Verdun. Ouverture de 13h à 19h chaque jour. Vernissage jeudi 17 septembre à 18h. Exposition Gratuite.


Caroline Thermoz-Liaudy

 

L’union de deux associations

A l’origine de cette biennale, les associations « art et voyage dans le temps », et les « ballad’art », collectif de 7 artistes internationaux qui résident en France et qui ont chacun plusieurs dizaines d’années d’expérience artistique. Parmi eux, Hanna Chroboczek, organisatrice de l’évènement, avec son compagnon Ivan Lavallade, président de la seconde association. Cette dernière est habituellement organisatrice d’évènements liés aux véhicules anciens. Il arrive parfois aux bénévoles de monter des évènements qui n’y sont pas liés, c’est le cas cette fois avec la biennale d’art contemporain, même si durant la semaine, une animation aura lieu autour des artistes et d’un ancien autocar.
 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide