Fermer la publicité

Benjamin Thirion conservateur de la Réserve naturelle des Gorges de la Loire

Loire le 31 août 2015 - Daniel Brignon - Sciences, Santé, Environnement - article lu 689 fois

Benjamin Thirion conservateur de la Réserve naturelle des Gorges de la Loire
Daniel Brignon

Il est le deuxième conservateur de la Réserve naturelle des gorges de la Loire depuis son classement en réserve naturelle régionale en 2012. Benjamin Thirion, qui succède ainsi à Pauline Cabaret, est arrivé mi-juillet sur un territoire nouveau pour lui mais avec la perspective d'exercer dans toute sa dimension son métier d'écologue.

Après une licence de biologie à Toulouse, achevée dans une université canadienne, Benjamin Thirion s’est tourné vers le la spécialité d’écologue. Diplômé d’un master pro de conservation de la biodiversité au musée d’histoire naturelle de Paris en 2011, il a étudié l’impact du cerf sur le milieu des forêts humides d’un archipel de Nouvelle Calédonie, où les herbivores ont été introduits tardivement. C’était dans le cadre de son stage préparatoire à son diplôme, dans une ONG.

Son premier emploi à l’association Noé début 2012, il l’a exercé en qualité d’animateur en éducation à l’environnement, puis à l’ingénierie de projet d’un programme national « mares », également de l’association Noé à Paris.

Il manquait à ce Toulousain d’origine : le Sud et le terrain, ce qui trouvera à la Frapna Loire qui l’emploie désormais à la conservation de la réserve. « Ce sera pour moi un vrai travail d’écologue. Je m’y retrouve bien », dit-il.

Il aura à assurer le suivi et l’aboutissement du plan de gestion de la réserve, élaboré pour la période 2012-2016, et préparer le nouveau plan de gestion à mettre en œuvre de 2017 à 2022, après évaluation du précédent plan achevé, qui portait sur des actions de maintien de la biodiversité pour un montant de 800 000 €.

À ce poste de direction il sera en outre l’animateur de la maison de la réserve qui emploie par ailleurs deux animateurs à Saint-Victor-sur- Loire à des fonctions d’accueil et d’éducation à l’environnement. Il veut aussi assurer comme son prédécesseur des fonctions de police de l’environnement en sollicitant une assermentation de garde.

Benjamin Thirion souligne l’intérêt de cette réserve ligérienne, atypique par sa géographie en six morceaux discontinus, marquée par la diversité des paysages et des milieux, des milieux ouverts et des milieux fermés, site unique par la convergence d’influences climatiques multiples : méditerranéenne, océanique et continentale.

De multiples partenaires aussi sont impliqués dans la gestion de la réserve naturelle des Gorges de la Loire, de 355 ha, détenus par cinq propriétaires : les Villes de Saint-Étienne et Unieux, le Smagl, EDF et les Éclaireurs de France. Elle est financée par la Région à 80 %, le Département, la Ville de Saint-Étienne et EDF, avec deux partenaires associés à sa gestion : la Frapna, pour le suivi scientifique, et le Smagl (Syndicat mixtes d’aménagement des Gorges de la Loire), pour la sécurité et l’entretien des structures, les sentiers principalement.

Daniel Brignon



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide